Changement au Programme de soutien au transport en commun La survie de TransporAction menacée

0
14

Allyson Beauregard

MRC DE PONTIAC – Des changements récents à la Loi sur les transports du Québec du MTQ (Ministère des Transports du Québec) pourraient représenter une menace pour la survie de l’organisme TransporAction si des exceptions n’y sont pas apportés pour les régions rurales.

Allyson Beauregard

MRC DE PONTIAC – Des changements récents à la Loi sur les transports du Québec du MTQ (Ministère des Transports du Québec) pourraient représenter une menace pour la survie de l’organisme TransporAction si des exceptions n’y sont pas apportés pour les régions rurales.
Comme le stipule l’article 48.19 de la Loi sur les transports du Québec, seuls les services de transport en commun sur des parcours désignés offerts par des chauffeurs rémunérés qui utilisent les équipements d’une compagnie reconnue pourraient bénéficier de soutien financier de la part du gouvernement.  Cela signifie que, en 2018, TransporAction, dont la survie dépend des conducteurs privés qui utilisent leurs véhicules personnels, ne recevrait plus de subvention pour couvrir les dépenses des déplacements de ses conducteurs bénévoles. « Les subventions sont toujours disponibles, mais nous ne pourrons plus les utiliser pour payer les dépenses de nos bénévoles », précisait Sylvie Bertrand, directrice générale de TransporAction. Les subventions pourraient servir seulement à payer des taxis ou les autobus des compagnies.
TransporAction utilise actuellement, en plus de ses conducteurs bénévoles, deux wagonnettes taxi, 2 minibus et un véhicule de transport adapté.  « Si ces véhicules sont sur la route, il n’y a pas d’autres options pour ceux qui ont des besoins spéciaux de transport », expliquait Mme Bertrand, ajoutant que ces équipements sont beaucoup plus chers que les voitures des bénévoles.
Comparé aux .48$ (cents) accordés aux bénévoles pour couvrir leurs frais (essence, entretien et dévaluation), il en coûte 1,60$ du km pour le minibus et 1,25$ pour la wagonnette taxi. À cause de l’immense territoire que dessert TransporAction, il est rarement possible d’organiser des voyages en groupe.
« Ce changement à la Loi représente une menace directe à la survie de TransportAction », déclarait le préfet de la MRC de Pontiac, Raymond Durocher. Avec ses homologues de la région, il attend la confirmation d’une rencontre avec le ministre des Transports, Laurent Lessard, pour discuter de cette situation.
« Au cours d’une rencontre préliminaire, le ministre Lessard nous a promis un statut spécial pour l’Outaouais où la population, qui est répartie sur un vaste territoire, dépend de TransporAction pour avoir accès aux services de santé et aux
services sociaux », ajoutait-il.
TransporAction avait déjà subi une importante coupe à sa subvention quand l’aide gouvernementale était passée de 100 000$ à 75 000$. Comme le précisait Mme Bertrand, si un statut particulier n’est pas accordé à la région, TransporAction
ne sera plus en mesure d’offrir autant de voyages que dans le passé (à cause de l’augmentation des coûts et du manque de véhicules) et les usagers devront alors faire face à une augmentation de leurs contributions. « Sans les subventions pour nos conducteurs bénévoles, nos services ne seront plus accessibles à ceux qui en ont le plus besoin », concluait-elle.             
                                            (Tr. LT)