C’est pas la joie dans l’industrie forestière du Pontiac

0
32

Lionel Tessier

FORT-COULONGE – À l’invitation de M. Ronnie Godin, plus de trente personnes ont participé à une rencontre sur l’industrie forestière à la salle paroissiale le 19 mars dernier. Cette réunion s’adressait particulièrement aux membres des Premières Nations du Pontiac.

Lionel Tessier

FORT-COULONGE – À l’invitation de M. Ronnie Godin, plus de trente personnes ont participé à une rencontre sur l’industrie forestière à la salle paroissiale le 19 mars dernier. Cette réunion s’adressait particulièrement aux membres des Premières Nations du Pontiac.
Après la prière d’ouverture, M. Godin a expliqué son point de vue sur l’exploitation forestière locale.
Selon lui, et les personnes présentes ont appuyé sa présentation, les ressources forestières sur les terrains de la Couronne appartiennent aux autochtones étant donné qu’il n’y a jamais eu de traités pour les céder aux gouvernements. Il a réclamé des bénéfices économiques, qui pourraient prendre la forme de redevances, qui seraient versés aux membres de Premières Nations pour les aider à se prendre en main. Il a donné l’exemple des Algonquins de l’Ontario qui ont obtenu, après des années de négociation et de pressions, plusieurs millions de dollars et le transfert de milliers d’hectares de territoire provincial pour leur usage exclusif.
Des membres présents ont fait remarquer que des centaines de camions chargés de bois sortent du Pontiac à chaque semaine (depuis des mois) tandis que nos deux moulins à scie ne réussissent pas à obtenir des allocations de matières ligneuses suffisantes pour leur permettre de recommencer leurs opérations. Ainsi, M. Gaétan Turgeon, gérant de la scierie Jovalco à Litchfield, est venu expliquer tous les problèmes auxquels il doit faire face, au niveau de la MRC de Pontiac et au niveau de l’Outaouais, pour réussir à avoir assez de bois pour faire fonctionner
son moulin.
D’autres personnes sont venues témoigner des pratiques de coupe à blanc dans des forêts de feuillus par des compagnies de l’extérieur du Pontiac en particulier dans le secteur au nord de Sheenboro.
« On a les travailleurs, on a les ressources, pourquoi l’industrie forestière ne
fonctionne pas mieux? »,
s’interrogeaient plusieurs personnes présentes à la rencontre. « C’est notre bois, ça nous appartient! », de renchérir M. Godin.
Avec le soutien unanime de l’assemblée, M. Godin prévoit organiser des barrages routiers sur des chemins du Pontiac, barrages qui n’arrêteraient que les véhicules commerciaux de transport du bois et non les véhicules privés. Il a obtenu confirmation de la Sûreté du Québec du poste de Gatineau que cette manifestation pouvait être légale. Il prévoit obtenir le soutien des résidents du Pontiac et aussi des grands organismes de défense des droits des Premières Nations. Une pétition qu’il fait circuler a déjà obtenu plus de 400 noms et l’appui de la majorité des maires de la MRC de Pontiac.