Centre de conversion de la biomasse La MRC offre une sessionn d’information

0
14

Jamie Cameron

CAMPBELL’S BAY – Le 25 août dernier, aux bureaux de la MRC, les membres de la MRC de Pontiac ont tenu une session d’information pour présenter le plan
d’affaires du Centre de conversion de la biomasse et  expliquer les prochaines étapes de l’implantation de ce projet.

Jamie Cameron

CAMPBELL’S BAY – Le 25 août dernier, aux bureaux de la MRC, les membres de la MRC de Pontiac ont tenu une session d’information pour présenter le plan
d’affaires du Centre de conversion de la biomasse et  expliquer les prochaines étapes de l’implantation de ce projet.
Le préfet de la MRC de Pontiac, Raymond Durocher, a présenté le projet à plusieurs partenaires dont  des représentants de la SADC Pontiac, d’Emploi Québec, des scieries locales, des propriétaires de boisés privés, etc.  M. Durocher a fait remarquer que, durant la rencontre, pas moins de sept camions remplis de bois sont passés sur la route, ce qui confirme que le projet de Conversion de la
biomasse pourrait être une entreprise très lucrative.
Cependant, l’endroit qui accueillera le Centre de conversion, dont l’objectif est de relancer l’industrie forestière dans le Pontiac, n’a pas encore été décidé, quoique le Parc industriel du Pontiac a été mentionné comme une possibilité.
Un des défis à la relance de l’industrie forestière dans la région est le fait
que beaucoup de travailleurs qualifiés d’expérience ont, ou bien pris leur retraite, ou ont quitté la région. « Ce sont les personnes auxquelles nous devons offrir des sessions de formation », déclarait M. Durocher. Le Centre de conversion prévoit utiliser de la matière ligneuse provenant du domaine public étant donné la grande quantité de bois nécessaire à son fonctionnement.
Même si les discussions se poursuivent avec des investisseurs potentiels, selon
M. Durocher, la prochaine étape serait de faire appel à la communauté : « Notre prochaine étape est de parler aux élus dans toutes nos communautés, à nos partenaires, à l’industrie et aux gens de la communauté. Il nous faut un mouvement d’implication de la population pour faire savoir à tous que ce projet, c’est ce dont nous avons besoin et que le plan que nous avons sur papier va fonctionner », concluait M. Durocher.                    (tr. LT)