Budget du Québec

0
39

Budget du Québec 2024-2025 : Défis et opportunités pour le Pontiac

Carl Hager et Tashi Farmilo

QUÉBEC – Le budget 2024-2025 du gouvernement du Québec a suscité un débat dans la région du Pontiac, avec des inquiétudes soulevées quant à son impact sur le développement économique local, les opérations gouvernementales et le soutien communautaire. André Fortin, député libéral de Pontiac, a exprimé ses appréhensions à l’égard du budget, qui représente le plus gros déficit de l’histoire du Québec et d’une tentative du gouvernement de se serrer la ceinture budgétaire.

M. Fortin a critiqué le budget pour l’absence de nouvelles mesures visant à améliorer la productivité et à soutenir le secteur agricole, ce qui est crucial pour le Pontiac rural. Il s’est également dit déçu du projet du gouvernement d’éliminer progressivement les subventions à l’achat de véhicules électriques et de la réduction prévue des dépenses en infrastructures en Outaouais.

« Les organisations qui s’attendent à recevoir des subventions auront du mal à obtenir quoi que ce soit du gouvernement, car il resserrera sa ceinture budgétaire, ce qui rendra très difficile pour les communautés locales d’accéder aux fonds pour leurs projets. C’est le résultat du fait que le gouvernement du Québec a affiché son plus important déficit budgétaire jamais enregistré. Les subventions pour le logement, les routes et les projets spéciaux seront difficiles à obtenir », a déclaré M. Fortin au Journal.

« Le budget compte le plus important déficit de l’histoire du Québec, soit 11 milliards de dollars. C’est le résultat direct de mauvaises décisions et de dépenses excessives de la CAQ [Coalition Avenir Québec] », a déclaré M. Fortin. « L’Outaouais ne recevra que 3,6 % des dépenses en infrastructures de la province au cours des prochaines années, ce qui signifie que nous serons en mesure de construire ou d’améliorer moins d’écoles et de routes que les autres régions », a-t-il ajouté.

Malgré ces préoccupations, le budget contient certains aspects positifs, comme l’augmentation des pensions pour les aînés handicapés.

Suzanne Tremblay, députée de Hull, s’est dite fière du budget du gouvernement, soulignant que l’accent mis sur la santé et l’éducation est la priorité absolue des Québécois. « Nous faisons les choix nécessaires : des économies de 2,9 milliards de dollars d’ici 2028-2029 en optimisant l’action de l’État, et un cadre financier prudent, qui comprend 7,5 milliards de dollars en provisions pour faire face à l’incertitude économique », a déclaré M. Tremblay.

Le budget décrit un plan visant à générer des économies de 2,9 milliards de dollars sur cinq ans grâce à l’optimisation de l’action gouvernementale, avec d’importants investissements dans la santé, l’éducation et la durabilité de l’environnement. Il propose également un examen des interventions gouvernementales pour améliorer l’efficacité et générer des revenus supplémentaires.

M. Fortin a insisté sur la nécessité d’un véritable plan de recrutement, d’attraction et de maintien en poste du personnel dans les secteurs de l’éducation et de la santé afin d’assurer l’utilisation efficace des crédits budgétaires alloués à ces secteurs.