Arrérages de taxes à Calumet : 86 921,92 $ récupérés

0
36

François Carrier


François Carrier

ILE-DU-GRAND-CALUMET – En août 2016, quelques semaines après sa démission à titre de mairesse, Irène Nadeau accordait une entrevue au Journal pour se confier sur les raisons de son départ. Parmi les raisons évoquées figurait le dossier de plusieurs comptes de taxe de résidents de la municipalité. Trois ans après les confidences et la démission de Mme Nadeau et le passage de trois autres personnes au poste de maire, il semble finalement que la Municipalité aurait réussi à récupérer la somme de 86 921,92 $ de taxes dues.
Ce montant aurait été récupéré sur 21 propriétés.
Selon le procès-verbal de la Municipalité de janvier dernier, la firme d’avocats qui avait eu le mandat de collecter 78 042,92 $ a finalement dépassé cet objectif. La Municipalité a ainsi dû procéder à la vente de 19 propriétés. Par la suite, le directeur général de la Municipalité de l’époque, Jacques Mantha, qui occupait cette fonction depuis de nombreuses années, a cédé sa place. Pierre Fréchette devenait maire à l’automne 2016, jusqu’à sa démission quelques mois plus tard, au printemps 2017. Jean-Louis Corriveau avait ensuite occupé cette fonction jusqu’à l’élection de Serge Newberry en novembre 2017.
Mme Nadeau avait dévoilé en août 2016 que certaines propriétés avaient des arrérages de taxes depuis 2001. Des intervenants au fait du dossier, qui ont demandé l’anonymat, ont mentionné que, selon eux, certaines personnes ont tenté de protéger des contribuables qui n’avaient pas payé leurs taxes, parfois depuis plusieurs années.
« C’est une petite communauté, tout le monde se connaît, il y a certainement eu des gens en autorité qui ont tenté d’aider des personnes qui n’arrivaient pas à payer leurs taxes», a précisé l’une de ces sources anonymes. « C’était probablement moins coûteux à l’interne de procéder à des changements que d’agir de manière punitive dans ce dossier », a commenté cette même personne. « On ne saura jamais ce qui s’est passé exactement, puisqu’il n’y a pas eu d’enquête approfondie. Par contre, c’est une bonne leçon pour le futur et une bonne nouvelle pour les résidents que ce dossier soit dernière nous », a ajouté un autre témoin qui dit souhaiter que les citoyens demeurent vigilants. Il n’y a d’ailleurs jamais eu d’accusations portées contre quiconque.
Un montant irrécupérable ?
Nous ignorons encore le montant total que représentaient exactement les sommes d’arrérages de taxes. En 2016, Mme Nadeau parlait d’un arrérage de taxes au montant de plus de 99 000 $. Par contre, après une période de trois ans, il est impossible d’obtenir, sans arrangements, l’ensemble des années impayées.
Dans le cas où des arrangements sont pris entre la Municipalité et les propriétaires, les recours juridiques de la Municipalité envers les propriétaires ayant des comptes impayés sont limités.