André Fortin s’adresse aux

0
24

Justin Prest

Le député André Fortin a assisté à la réunion du Conseil des maires (CM) de ce mois-ci, le 18 mai, dans la salle du Lions Club à Bryson. Il a abordé d’importants enjeux régionaux, notamment le logement, l’Internet haute vitesse, la Loi 96 et le service d’obstétrique toujours fermé de l’Hôpital du Pontiac.

Internet haute vitesse

M. Fortin a demandé aux résidents de communiquer avec lui si, une fois que leur fournisseur de services Internet ou FSI (Bell, Xplornet ou Cogeco) est prêt à recevoir leur commande pour l’installation à domicile d’Internet haute vitesse, les prix semblent excessifs, comparativement à d’autres régions de la province. Il a fait remarquer que la Province a conclu des ententes avec les FSI afin d’éviter que les résidents des régions rurales n’aient à payer la facture des expansions régionales de ces entreprises.

Projet de loi 96

M. Fortin a ensuite expliqué que l’adoption du projet de loi 96 était inévitable, car « tous les partis à l’Assemblée nationale, à l’exception des Libéraux » ont exprimé leur soutien au projet de loi et « à ce stade, il n’y a rien que le Parlement puisse faire pour retarder ou empêcher l’adoption de la loi. Ce que nous pouvons faire pour l’instant, c’est informer les gens ». Le projet de loi controversé sur la langue française, déposé l’année dernière, a suscité de vives critiques non seulement de la part de la minorité anglophone du Québec, mais aussi de nombreux francophones qui s’inquiètent des restrictions qu’il pourrait imposer aux deux groupes linguistiques en matière de commerce et d’éducation. Le projet de loi a été officiellement adopté le 24 mai, les Libéraux et le Parti québécois ayant voté contre. (Voir article connexe page 3)

L’unité d’obstétrique de l’hôpital Pontiac

M. Fortin a ensuite abordé les défis liés à la réouverture de l’unité d’obstétrique dans la région, affirmant qu’il ne s’agissait plus seulement de la volonté du gouvernement, mais de la pénurie de travailleurs de la santé dans la région, en particulier d’infirmières. Il a noté que « l’unité de soins généraux de l’hôpital du Pontiac, où se trouve l’unité d’obstétrique, n’est actuellement dotée que de 17 % de personnel infirmier ; jusqu’à ce que cela change, la réouverture semble peu probable ». Lorsqu’on lui a demandé précédemment s’il pensait que le projet de loi 96 exacerberait davantage la difficulté du Pontiac à attirer des infirmières et des médecins de l’extérieur de la Province et du monde entier, il a répondu par l’affirmative. Il a également expliqué que, malgré le besoin important d’infirmières dans le Pontiac, le gouvernement Legault n’a pas encore égalé les niveaux de salaire des infirmières de l’Ontario et tentera maintenant de contrôler le langage que ces mêmes infirmières peuvent utiliser dans leur milieu de travail. « Ce n’est pas ainsi que l’on attire les services dont nous avons besoin », a déclaré M. Fortin.

Problèmes de logement

M. Fortin a mentionné le coût excessif du logement pour la jeune génération, les aînés à revenu fixe et les nouveaux arrivants. Il a dit qu’il y a quatre ans, ce n’était pas un problème, mais maintenant c’est devenu un problème. « Les programmes de logement du gouvernement sont davantage orientés vers les milieux urbains pour que les promoteurs et les investisseurs puissent construire des logements abordables et ne sont pas adaptés au contexte rural. »

Il a suggéré que le CM adopte des résolutions pour demander que les programmes gouvernementaux soient adaptés pour aider également les zones rurales.