Action-Santé Outaouais accueille un événement public sur le revenu et le droit à la santé

0
170
Le directeur d'Action-Santé Outaouais Mathieu Charbonneau (à gauche) avec Eve-Lyne Couturier, chercheuse à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) (deuxième à partir de la droite) et Vincent Greason, militant de la santé et membre des Ligues des droits et libertés (à droite).

Greg Newing
Initiative de journalisme local

GATINEAU – L’organisme local de défense des droits en santé Action Santé Outaouais (ASO) a organisé un événement public sur l’impact du revenu sur le droit à la santé à la Maison du Citoyen de Gatineau, le 21 septembre. L’événement comprenait des présentations d’Eve-Lyne Couturier de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) et de Vincent Greason des Ligues des droits et libertés qui ont sensibilisé la population à l’influence des facteurs socioéconomiques sur la santé en Outaouais.

Parmi les problèmes mis en évidence par Mme Couturier figuraient les défis auxquels sont confrontées les personnes vivant dans les zones rurales pour accéder aux services de santé. « Le coût de la vie à l’extérieur des centres urbains est plus élevé et il est plus difficile de sortir de la pauvreté. Les coûts de transport pour accéder aux services de base en sont une grande raison. Lorsqu’une famille vit à l’extérieur de la ville, elle a souvent besoin de plusieurs voitures.  L’accès à des produits d’épicerie abordables est également plus difficile et les personnes vivant dans les régions rurales doivent parcourir de longues distances pour voir un dentiste, un psychologue ou un physiothérapeute », a déclaré Mme Couturier.

Alors que les politiques de protection sociale étaient considérées comme importantes pour lutter contre la pauvreté, Mme Couturier a souligné que la protection du droit à la santé impliquait un changement social plus profond. « Oui, la société devrait fournir un soutien financier aux pauvres, mais nous devrions également nous attaquer aux déterminants sociaux de la santé et travailler à améliorer la société. Nous devrions prêter attention à l’amélioration des conditions de travail, de l’environnement, de la qualité du logement et de l’accès à des aliments sains. La pauvreté et son impact sur la santé, c’est en partie une question d’argent, mais c’est aussi une question de société elle-même », a déclaré Mme Couturier.

Dans sa présentation, M. Greason a parlé de la façon dont le droit à la santé signifie plus que l’accès au traitement lorsqu’on est malade. « Lorsque nous parlons de questions liées aux soins de santé, nous parlons souvent du coût des médicaments, des temps d’attente aux urgences et du nouvel hôpital.  Bien que ceux-ci soient importants, le droit à la santé est beaucoup plus large – cela signifie être dans le meilleur état de santé possible et englobe un éventail de facteurs sociaux et éco-nomiques ». Il a fait remarquer qu’en plus du revenu, Santé Canada considère l’éducation et l’alphabétisation, les expériences vécues durant l’enfance, le soutien social, le sexe, la race et la culture parmi les autres facteurs sociaux et économiques qui influent sur la santé.

M. Greason a souligné l’importance des soins préventifs gratuits en tant qu’étape pratique pour faire face à l’impact du faible revenu sur la santé. Il a fait remarquer que les personnes à faible revenu ont tendance à ne pas chercher de traitements préventifs tels que des soins dentaires réguliers parce qu’ils ne sont pas couverts par le système public. « Lorsque vous n’avez pas d’argent pour payer les soins dentaires, vous ne pensez pas à la prévention. Vous n’allez chez le dentiste que lorsqu’il y a un problème, mais lorsqu’il y a déjà un problème, le traitement sera plus coûteux », a déclaré M. Greason.

« Le droit à la santé soulève des questions importantes pour l’ensemble de notre système politique, de notre système économique et pour la participation démocratique à la société en général parce qu’en fin de compte, les gens ne sont ni des objets ni des chiffres, mais des citoyens », a conclu le directeur d’Action-Santé, Mathieu Charbonneau,en soulignant l’importance de l’implication du public dans la promotion du droit à la santé. Il a déclaré que d’autres événements auront lieu en Outaouais au cours des prochains mois et examineront des thèmes connexes.

L’ASO favorise la participation citoyenne à la gouvernance des soins de santé dans l’Outaouais. Depuis sa création dans les années 1970, l’ASO a plaidé pour le droit à un accès libre et égal aux soins de santé, en particulier parmi les populations vulnérables, en promouvant l’éducation et la participation des citoyens à la gouvernance de la santé.

Pour obtenir de plus amples renseignements et pour en savoir plus sur les événements et les initiatives à venir, visitez https://actionsanteoutaouais.org/ ou envoyez un courriel à actionsanteoutaouais@gmail.com.