Parler des déchets

0
67
Un résident demande : « Comment peut-on arrêter cela ? » lors de la séance de discussion publique du 27 mars à Fort-Coulonge. (BJ)

Les assemblées publiques de l’incinérateur montrent une forte opposition

L’équipe du Journal

MRC DE PONTIAC – La MRC a tenu quatre des cinq assemblées publiques prévues pour présenter le plan d’affaires initial (IBP) pour le projet valorisation énergétique des déchets (VED) proposé, les 25, 27 mars et les 3 et 9 avril, et une autre prévue le 10 avril, à Otter Lake. Le plan avait été sous-traité à Deloitte et à son associé Ramboll au coût de 120 000 $.

Lors de chaque présentation, le maire de l’Île-de-l’Allumette, Corey Spence, a présenté un diaporama ainsi que plusieurs vidéos montrant les avantages et les inconvénients du projet proposé ; la préfète Jane Toller était également présente et a répondu à de nombreuses questions.

Le 25 mars, les maires Donald Gagnon (Chichester), Doris Ranger (Sheenboro) et Odette Godin (Waltham) ainsi que plusieurs conseillers et 125 citoyens étaient présents. Le 27 mars dernier, à Fort-Coulonge, les maires Christine Francoeur (Fort-Coulonge) et Sandra Armstrong (Mansfield) y ont assisté ainsi qu’environ 60 citoyens. Le 3 avril à Shawville, le maire Bill McCleary était accompagné d’Ed Walsh (Clarendon) et de Brent Orr (Bristol) en présence de plus de 120 personnes. La participation à la réunion du 9 avril à Campbell’s Bay n’était pas disponible à l’heure de presse et sera rapportée dans le Journal du 24 avril.

Expliquer les avantages et les inconvénients de la gestion des déchets

Le diaporama a commencé par expliquer la différence entre les économies linéaires et circulaires.  Les économies linéaires s’appuient sur un modèle de consumérisme « prendre, fabriquer et jeter » qui n’est pas durable, tandis qu’une économie circulaire met l’accent sur la réduction, le recyclage et la réutilisation pour économiser de l’argent et éliminer le gaspillage. Il y avait aussi une vidéo sur une entreprise appelée Eco-Maine qui se spécialise dans le modèle circulaire, y compris les installations de recyclage, l’éducation du public, un site d’enfouissement et une installation VED.

Le maire Spence a passé en revue certains points récemment présentés par le Dr Paul Connett, un professeur de chimie à la retraite de New York, qui a fait des recherches sur les questions de gestion des déchets depuis 1985.  Le Dr Connett a souligné qu’un incinérateur n’est pas financièrement viable, qu’il est mauvais pour l’économie (réduction du tourisme) et de l’agriculture et qu’il pose de nombreux risques pour la santé. La présentation de M. Spence remettait en question et contredisait certaines des conclusions de M. Connett.

Présentation du plan d’activités initial

La deuxième moitié de la présentation était un aperçu du plan d’affaires initial (IBP) récemment publié. Selon un document bilingue, la MRC dépense actuellement environ 1,7 million de dollars annuellement pour le transport de 5 300 tonnes de déchets au site d’enfouissement de Lachute. L’IBP s’est concentré sur une installation qui aurait besoin de 400 000 tonnes de déchets pour un coût allant jusqu’à 750 millions de dollars, y compris une fonction de capture du carbone.  Un point a été soulevé lors de la réunion de Shawville qu’Ottawa, l’une des sources d’ordures proposées nécessaires pour faire fonctionner la VED, avait récemment décidé d’envisager l’agrandissement de son installation du chemin Trimm pour agrandir son site d’enfouissement ainsi qu’une option de création de son propre incinérateur. La réponse de Mme Toller a été que la MRC examinait également des options plus petites pour l’installation du Pontiac, même si tous les faits présentés étaient basés sur un modèle plus grand. Selon la préfète, les revenus du projet aideraient à payer l’installation.

L’IBP a recommandé Conception/Finance/Construction/Exploitation/Maintien (DFBOM) comme structure de financement idéale, qui financerait la facilité à 25 % par l’entremise d’investisseurs et à 75 % en public par l’entremise des gouvernements provincial et fédéral. Lors de la réunion de Shawville, Mme Toller a mentionné que Derek McGrimmon, de McGrimmon Cartage, avait exprimé son intérêt à investir jusqu’à 50 millions de dollars. Les autres sources de financement suggérées provenaient du Fonds de croissance du Canada, de la Banque de l’infrastructure du Canada et des provinces du Québec et de l’Ontario ; le seul coût pour les municipalités locales serait les frais habituels d’élimination.

Il y a eu des défis pendant la présentation en raison d’une mauvaise résolution de l’écran, ce qui rend les détails difficiles à lire et passe des diaporamas aux vidéos.  Les détails techniques étaient complexes et déroutants ; plusieurs personnes ont demandé une copie papier de l’IBP, Mme Toller déclarant qu’une copie serait « bientôt disponible ».

La plupart des participants s’y sont opposés

De nombreux citoyens et groupes s’opposent à l’incinérateur, estimant qu’il comporte des risques tels que des dettes inutiles, une augmentation des impôts, des impacts négatifs sur le tourisme et des effets négatifs sur l’environnement et la santé des résidents.  Un homme à la réunion de Shawville a demandé une main levée de ceux « qui ne veulent pas cela ici » ; la réponse a été presque unanime.  M. Spence s’est interposé en demandant : « Combien sont indécis » avec une douzaine de personnes ont levé la main.

Un autre point soulevé était que la quantité de déchets nécessaires pour faire fonctionner l’installation pourrait créer une spirale de plus de déchets au lieu de la réduction souhaitée, notant que le projet EFW ne s’attaque pas au problème des déchets dans le bon ordre. Les résidents ont exprimé le désir de voir les programmes de compostage et de recyclage élargis dans l’ensemble du Pontiac afin de réduire les déchets avant de prendre des décisions concernant les déchets résiduels. Mme Toller a répondu qu’ils travaillaient sur un plan et qu’il y aura bientôt d’autres nouvelles.

Des préoccupations environnementales et sanitaires demeurent

Le consensus général des résidents semblait être que le plan d’affaires initial et la présentation de M. Spence ont raté la cible en ne tenant pas compte des impacts potentiels du projet sur l’environnement et la santé. L’évaluation environnementale n’aura pas été effectuée avant la prochaine étape du processus, qui est un plan d’activités plus détaillé, au coût de 250 000 $ ; Mme Toller a déclaré que ces fonds ne proviendraient pas de la MRC – ils devraient provenir de la province et des « parties intéressées potentielles ».  Ce n’est qu’alors que l’évaluation environnementale aurait lieu, ainsi qu’une étude de faisabilité ; cela prendrait jusqu’à 3 ans et un autre 250 $ à 300 000 $.

Ron Hodgins, un agriculteur de Clarendon, dont la ferme est très proche du site proposé de Litchfield, a noté qu’il semblait que beaucoup de travail avait été fait dans la présentation, mais compte tenu des difficultés techniques et des nombreuses questions sans réponse, sa réponse a été : « Si c’est le mieux que la MRC peut faire pour informer le public, alors honte à vous ! »  Cela a suscité de vifs applaudissements et aussi un appel de Judith Spence pour un référendum public avant que quoi que ce soit d’autre n’avance.

Une étudiante, Haley Pilon, a demandé : « Que doit-il se passer pour que cela n’aille pas de l’avant ?  Comment pouvons-nous l’arrêter ?  M. Spence a répondu que les gens devraient rester engagés et parler à leurs conseils locaux, mais a également souligné que les ordures sont le problème de tout le monde. « Nous devons explorer toutes les options pour y faire face », a-t-il déclaré.  Mme Toller a également déclaré : « Nous n’irons pas de l’avant à moins que la solution que nous proposons, quelle qu’elle soit, soit saine pour tout le monde et acceptable pour le grand public. »