Une appelle à renforcer l’enseignement de l’histoire du Québec

0
5

La Coalition pour l’histoire, organisme qui se consacre à promouvoir l’enseignement de l’histoire au niveau du primaire jusqu’à l’université, dévoile sa toute nouvelle plateforme dont les recommandations visent à permettre aux jeunes Québécois de toutes origines d’acquérir une meilleure connaissance de l’histoire du Québec, du Canada et du monde.

Parmi les propositions au cœur de la nouvelle plateforme, soulignons la volonté de la Coalition de voir un cours d’histoire sur le Québec contemporain ajouté à la formation générale collégiale, l’enrichissement de la formation disciplinaire des futurs enseignants ainsi que l’élargissement de l’accès à des postes d’enseignement pour les diplômés universitaires en histoire et géographie.

La Coalition pour l’histoire recommande également de confier au nouveau cours Culture et citoyenneté québécoise la responsabilité d’évaluer la compétence « éducation à la citoyenneté »; la création de quatre chaires d’histoire du Québec dans nos universités; la création par la SODEC d’un programme de financement particulier visant à soutenir financièrement le cinéma et les séries historiques portant sur le Québec en fiction et en documentaire; l’adoption d’une véritable politique de commémorations nationales et historiques; ainsi que la préservation et la mise en valeur des archives québécoises.

La Coalition pour l’histoire regroupe la Fondation Lionel-Groulx, l’Action nationale, l’Association des professeures et des professeurs d’histoire des collèges du Québec (APHCQ), la Fédération Histoire Québec, la Fondation Maurice-Séguin, le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ), la Société historique de Québec (SHQ), la Société historique de Montréal (SHM), la Société des professeurs d’histoire du Québec (SPHQ), la Société du patrimoine politique du Québec (SOPPOQ), et la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM).

Olga Goulet Doyon,
Coalition pour l’histoire
­Montréal