Suzanne Vallières-Nollet reçoit 7 500 $ pour son projet

0
17

Suzanne Vallières-Nollet.

Sophie Demers

Le Conseil des arts et des lettres du Québec, en partenariat avec le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, la MRC de Pontiac, la Ville de Gatineau et Culture Outaouais, a annoncé l’octroi de 256 500 $ pour soutenir huit artistes et six organismes artistiques dans le cadre du Programme de partenariat territorial de l’Outaouais.

L’écrivaine locale Suzanne Vallières-Nollet a reçu 7 500 $ pour son projet de roman interactif. Le roman de fiction se déroule dans une ville rurale inspirée de Fort-Coulonge. L’histoire portera sur les relations parfois compliquées entre les personnes qui arrivent dans une petite ville rurale et celles qui y sont installées depuis des générations, ainsi que sur les jugements que ces personnes peuvent porter les unes sur les autres.

« Il se concentre sur les bonnes surprises que cela peut apporter et les adaptations qui doivent être faites », a déclaré Mme Vallières-Nollet. « C’est un livre sur la façon dont les humains vivent ensemble et comment ils essaient de se comprendre dans un contexte de village rural. »

L’auteure locale est actuellement dans le processus de recherche qui consiste à interviewer les gens sur la façon dont ils se sont intégrés dans la communauté ou depuis combien de temps leur famille y vit. Après le processus de recherche, le processus d’écriture commence. L’auteure souligne qu’elle va écrire à la bibliothèque de Fort-Coulonge. Le livre sera publié par sections pendant qu’elle écrit. Il y aura une installation à la bibliothèque où les visiteurs pourront lire des parties du manuscrit.

« Je veux qu’il y ait un dialogue ouvert avec la communauté où les gens peuvent me dire si cela résonne avec leurs expériences ou s’il y a des parties qui ne capturent pas l’image complète », a déclaré Mme Vallières-Nollet. « Les lecteurs pourront laisser des notes ou des messages sur ce qu’ils pensent de l’histoire et sur leurs propres expériences de première main également. »

L’auteure note que, pendant la pandémie, il y a eu un grand afflux de personnes qui se sont déplacées vers les zones rurales. Elle fait remarquer que le récit était romancé, il se concentrait sur ces endroits ruraux comme étant non découverts mais il y avait peu d’attention sur les gens qui y vivaient.

« S’installer dans une zone rurale est plus complexe. Il ne s’agit pas seulement d’un nouveau départ et d’une connexion avec la nature, mais aussi des
gens qui y vivent et de la communauté. C’est ce qui m’a inspiré pour écrire cette histoire », a déclaré Mme Vallières-Nollet.

L’auteur a déclaré que la bourse était motivante. Elle a dit que c’est comme une tape dans le dos qu’ils ont lu ma proposition et ont voulu soutenir le projet.

« J’ai toujours écrit, depuis que je suis toute petite, à travers des petites histoires et des journaux intimes. Mon écriture est devenue plus sérieuse au cégep, ce qui m’a amenée à suivre des cours de création littéraire à l’Université du Québec à Montréal », a déclaré l’auteure qui a grandi en banlieue de Montréal, mais qui a souvent visité Fort-Coulonge tout au long de sa vie, sa famille étant originaire de la région. Elle a déménagé à Fort-Coulonge et s’y est installée avec sa famille il y a sept ans.