Révolution verte ou la fin d’un mythe

0
30

L’expression révolution verte apparaît il y a un cinquantaine d’année et désigne le spectaculaire bond en avant que l’agriculture mondiale réalise en multipliant les niveaux de production des cultures par deux ou par trois.

L’expression révolution verte apparaît il y a un cinquantaine d’année et désigne le spectaculaire bond en avant que l’agriculture mondiale réalise en multipliant les niveaux de production des cultures par deux ou par trois. L’association de la mécanisation à l’utilisation d’engrais, d’irrigation et de moyens de contrôle
des nuisibles a développé l’agriculture
au rang d’industrie agro-alimentaire. La pétrochimie a vu en se développement un formidable marché et est à l’origine de la création de ce mythe. La science pouvait enfin maîtriser la nature et jouer à l’apprenti sorcier en introduisant le génie génétique. Les procédés d’hybridation forcée des espèces végétales ne
suffisaient plus à améliorer les plantes,
il a fallu toucher à leur génome pour garantir de meilleurs rendements et des résistances accrues aux nuisibles.
Riche de ce constat, les démographies sur tous les continents ont pu littéralement exploser et la peur ancestrale de la famine disparaître. Rien ne laissait présager que ce modèle pouvait
comporter une limite mais pourtant elle existe bel et bien et on commencera à en voir les effets dans quelques décennies.
La désertification progresse partout
et les sols fertiles disparaissent, le « Dust Bowl » phénomène d’érosion éolienne apparu aux États Unis dans les années 30 a même touché le Canada et détruit des millions d’hectares de terres agricoles. Les pénuries d’eau sont aussi de plus en plus notables et la situation de
la Californie est un proche exemple
qui commence à susciter beaucoup
d’inquiétudes. La déforestation est une autre cause de désertification.
Une des conséquences directes de
l’agriculture intensive est l’appauvrissement de la bi0diversité, tant au niveau
de la flore que de la faune. Depuis le début du siècle dernier, le nombre
d’espèces végétales dites souches a été diminué pour ne plus représenter que
25 % des espèces originelles. La faune
a été dessimée par l’emploi massif de pesticides et le sol est devenu un milieu sans vie dans de nombreux pays.
Le manque de ressources naturelles et notamment la quantité limitée de
phosphate ( les mines de phosphate et de potassium) qui permet la fabrication des fertilisants est compté. Certains experts évaluent que ces ressources  pourraient être épuisées au milieu de notre 21 e
siècle.
Enfin phénomène aggravant le tout, demeure les problèmes liée aux
changements climatiques qui feront diminuer les rendements agricoles par
les calamités qu’ils produiront,
inondations, sécheresses, tempêtes, et le pire étant la fonte des glaciers qui feront augmenter le niveau des océans et engloutiront les deltas. La révolution verte qui promettait un avenir à
l’humanité est en train de se transformer en cauchemar pour des millions d’êtres humains et pourtant aucunes mesures significatives ne sont prises pour changer cette situation et inverser la tendance.
Arnaud de la Salle