Réunion de la MRC Augmentation des baux et suffrage universel

0
15

Allison Beauregard (tr. L. T.)

CAMPBELL’S BAY – Les 18 maires de la MRC, avec des membres de la MRC, assistaient à la réunion régulière des maires le 16 février dernier.
Plus de 10 personnes du public étaient présentes

Allison Beauregard (tr. L. T.)

CAMPBELL’S BAY – Les 18 maires de la MRC, avec des membres de la MRC, assistaient à la réunion régulière des maires le 16 février dernier.
Plus de 10 personnes du public étaient présentes
à la rencontre pour manifester leur mécontentement face à l’augmentation prévue de 167% des baux de location sur les terres de la Couronne au cours de cinq prochaines années. Roland Normandeau, résidant de l’Ile-du-Grand-Calumet, parlait au nom du groupe.  Il a demandé pourquoi la population n’avait pas été consultée quand la MRC a accepté la responsabilité
de la gestion des baux provinciaux et pourquoi la MRC doit assumer 100% des coûts administratifs de la gestion même si elle ne reçoit que 50% des profits générés par ces baux.
« La répartition 50-50 des revenus est une condition non négociable, qui a été décidée par le gouvernement: cela nous a été imposé quand nous avons accepté le gérance des baux. Nous avons accepté, car nous savions que les surplus de revenus ainsi générés pourraient être utilisés pour des projets sur ces territoires », déclarait Raymond Durocher, préfet de la MRC et maire de Fort-Coulonge. Il a précisé que les surplus accumulés annuellement servent à l’entretien des chemins, etc. Selon Regent Dugas, directeur du Territoire
à la MRC de Pontiac, l’augmentation du prix des baux suit l’augmentation moyenne dans les autres MRC du Québec.
Le préfet a conclu la discussion en indiquant que les représentations peuvent être transmises au MRN à partir de son site web et en invitant les plaignants à conserver une copie papier de leurs communications.
Mark Killoran, de l’Association des propriétaires du lac Thorne, a expliqué au conseil des maires que la demande d’un zonage « résidentiel seulement » au lac Thorne avait pour seul but d’empêcher l’établissement d’un camping commercial à cet endroit. « Les propriétaires sont inquiets quant à la protection de l’environnement et à la sécurité publique », déclarait-il. C’est le conseil des maires qui doit approuver, en premier, un tel changement de zonage.
Le préfet Durocher a parlé des inquiétudes dans le projet de Centre de conversion de la biomasse:  « Depuis que notre projet a été rendu public, d’autres MRCs s’intéressent aussi au projet. J’ai confiance et je ne suis pas inquiet. Il est cependant possible que nous devions modifier quelques aspects du
projet ».
Deux résolutions ont été entérinées pour l’affichage de deux postes: celui de directeur général adjoint à la MRC de Pontiac et celui de directeur de l’urbanisme, à la suite de la démission de Pierre Duchesne.La réunion s’est terminée par une longue discussion sur la possibilité que le préfet soit élu au suffrage universel: le conseil des maires doit prendre une décision avant mai 2017. Pour certains maires, l’élection au suffrage universel d’un préfet à temps plein aurait des avantages: il pourrait se concentrer pleinement sur les affaires de la MRC et la représentation de l’organisme. Pour d’autres, l’emploi d’un préfet à temps plein représenterait une dépense additionnelle que la MRC ne peut pas se permettre. Le préfet Durocher a convenu de recueillir des renseignements additionnels avant que les maires prennent leur décision. « Je ne peux pas vraiment me prononcer pour ou contre ce sujet avant d’avoir plus d’information », ajoutait Doris Ranger, maire de Sheenboro.