Retrouvons notre nature

0
31

Depuis maintenant quelques semaines, nous avons mis nos vies « normales » sur pause, le temps de gérer la crise sanitaire causée par la Covid-19. Confiné-es chez nous, nos habitudes et nos besoins ont complètement changé en l’espace de quelques jours.
Nous vivons des incertitudes, des angoisses, des deuils. Nous nous remettons

Depuis maintenant quelques semaines, nous avons mis nos vies « normales » sur pause, le temps de gérer la crise sanitaire causée par la Covid-19. Confiné-es chez nous, nos habitudes et nos besoins ont complètement changé en l’espace de quelques jours.
Nous vivons des incertitudes, des angoisses, des deuils. Nous nous remettons
également en question et nous nous interrogeons sur « l’après Covid ».
Cette crise sanitaire est une tragédie humanitaire, qui avait été depuis longtemps annoncée par les experts qu’on a refusé d’écouter et qui semble étroitement liée à
nos modes de vie. 
Notre système économique est basé sur la surexploitation des ressources humaines et naturelles, jusqu’à leur épuisement. Nous bouleversons l’équilibre de la nature en lui soutirant ses ressources plus rapidement qu’elles ne se régénèrent. Pourtant, la nature est essentielle pour nous nourrir, nous abriter, nous soigner, nous faire du bien.
Pendant que nous sommes confiné-es, la nature elle, revit, reprend sa place. La
pollution a fléchi avec le ralentissement des usines, la diminution du transport terrestre et du trafic aérien. Les eaux de Venise sont plus claires. Pour la première fois depuis 30 ans, les Indiens ont pu voir l’Himalaya. Les Chinois ont pu apercevoir le ciel bleu et le soleil lumineux. La pandémie nous convoque à une rencontre avec nous-même et à une révision de notre mode de vie.
Si cette crise est si difficile à vivre, c’est parce que nous ne l’avons pas préparée. Nous n’avons pas écouté les avertissements des scientifiques.
Pour une rare fois, nous mettons notre confiance entre les mains de la science, nous suivons les directives des responsables de la santé publique et de nos gouvernements et nous acceptons les mesures ambitieuses,
draconiennes, voire ardues, parce que nous sommes confiants que ces décisions sont prises pour notre sécurité.
Or, une autre crise se déroule, sous nos yeux, lentement, mais sûrement : la crise
climatique, accompagnée du déclin de la biodiversité. Celle-là, nous en sommes
avertis. Les conséquences sont mêmes déjà visibles et ressenties.
Demain, au sortir de la crise, pensons au futur de nos enfants, de nos jeunes
qui actuellement répondent aux besoins essentiels dans les supermarchés, ces jeunes qui, depuis plus d’un an, descendent dans les rues pour demander, eux aussi, un futur.
Nous avons une occasion unique, peu fréquente, alors que les gens sont à l’écoute et prennent conscience de l’ampleur qu’une crise peut prendre – de relancer notre société et notre économie sur des bases sociales, éthiques, environnementales, solidaires. Saisissons-là!

Graciela Dancose, Annie Laflamme, Sylvie Turcotte
LUSKVILLE/GATINEAU