Rapport sur la foresterie III

0
58
File photo

François Carrier

MRC DE PONTIAC – La série en trois parties du Journal sur la foresterie dans le Pontiac a trouvé son potentiel forestier positif (partie 1), et qu’il y a des producteurs locaux actifs dans l’industrie (partie 2) ; Cependant, la relance d’une grande industrie semble difficile à réaliser.

Commonwealth Plywood reste la seule « usine » relancée. Pourquoi ce moulin et pas les autres ? L’emplacement a peut-être joué un rôle, mais c’est dans son positionnement stratégique que l’ingénieur forestier Martin Boucher voit la différence. « Leur direction a pris le temps d’analyser le marché ; ils ont attendu le bon moment et se sont préparés à la relance ; puis, quand le moment est venu, ils étaient prêts », explique M. Boucher. La préfète de la MRC de Pontiac, Jane Toller, a répété lors de la récente Soirée des Bûcherons que de bonnes nouvelles s’en venaient, avec les sites Jovalco et Davidson en tête. Cependant, rien n’a été confirmé.

La demande de bois n’est plus la même que pendant la pandémie. Selon les statistiques et les estimations de plusieurs propriétaires, la situation actuelle n’est « pas facile » pour les scieries. Jean-François Champoux, du groupe qui a racheté le site de Jovalco – et déménagé ses équipements – a récemment déclaré à Radio-Canada, comme le rapporte la journaliste Élyse Allard, que « toute l’industrie forestière est perdue depuis le début de l’année 2023 ».  Les perspectives pour 2024 semblent meilleures, mais comme le disent d’autres acteurs de l’industrie, « ce ne sera pas facile ».

Martin Boucher ajoute : « Le nœud du problème, ce sont les coûts d’approvisionnement. Les coûts de transport actuels – et la demande, bien sûr – ont un impact important sur ces usines. À l’heure actuelle, les conditions ne sont pas idéales, mais elles pourraient changer dans les mois à venir ».

Le site de Davidson, autrefois florissant, a fait l’objet de nombreuses discussions – pendant des années. Les promoteurs de Davidson ont dit qu’ils avaient besoin du soutien des élus locaux, mais cela ne s’est pas passé comme ils le souhaitaient. Y a-t-il encore des possibilités de faire revivre le site Davidson ? La mairesse de Mansfield-et-Pontefract, Sandra Armstrong, croit que oui. « Davidson est un site industriel unique. Il reste à voir ce qu’il faut y mettre, dans quel ordre, et faire appel aux partenaires nécessaires », a déclaré Mme Armstrong, qui siège au conseil de Mansfield depuis 2017 et a vu ces discussions aller et venir. Martin Boucher croit que le potentiel d’approvisionnement de la forêt doit être revu, y compris le nombre de travailleurs forestiers. « Tout projet doit être une opération économique et stratégique. Les coûts d’achat de notre bois doivent être maintenus à un niveau très bas. Nous avons besoin de partenariats locaux importants et nous devons faire preuve d’une solidarité sans faille. Les gouvernements ne font pas de charité, mais ils aident les communautés, ce qui signifie qu’un plan d’affaires détaillé est essentiel ».

Selon M. Boucher, il faut convaincre les populations locales de travailler dans la forêt. « Trop de travailleurs viennent de l’extérieur de la région. Ils ont des compétences. Nous devons démontrer qu’il y a encore des emplois dans le domaine ».

Peut-être qu’une scierie située au centre du Pontiac (comme Davidson ou Jovalco) est ce qui sera attrayant pour les producteurs de bois indépendants existants ?

« Je suis positive et optimiste », a réitéré la maire Armstrong.