Plans nucléaires de Chalk River

0
94

Sophie Demers
Initiative de journalisme local

CHALK RIVER – Global First Power (GFP) a organisé une journée portes ouvertes virtuelle le 29 novembre, présentant des informations mises à jour sur son projet de micro-réacteur modulaire (MMR) et recueillant des commentaires.

L’entreprise ontarienne, détenue conjointement par Ontario Power Generation et Ultra Safe Nuclear Corporation, prévoit construire et exploiter un MMR aux Laboratoires de Chalk River à Chalk River, en Ontario. Le processus du projet de MMR a commencé en 2019, et les plans estiment que le réacteur sera en service d’ici 2028.

Un MMR est un type de petit réacteur modulaire (PRM – SMR) conçu par Ultra Safe Nuclear Corporation. Les réacteurs nucléaires SMR sont une alternative aux combustibles fossiles, utilisés pour produire de l’énergie à faible émission de carbone pour l’industrie et les communautés éloignées. Le Canada se tourne vers cette nouvelle technologie pour atteindre son objectif de zéro émission nette de carbone d’ici 2050.

Pendant le nettoyage de cet accident, 4,5 millions de litres d’eau radioactive ont été déversés dans des fossés à 1,5 km de la rivière des Outaouais. Un deuxième incident nécessitant un nettoyage majeur a suivi en 1958.

Selon GFP, un MMR peut remplacer 1,2 milliard de litres de diesel et nécessite un fonctionnement et un entretien minimaux. L’entreprise a également présenté son plan mis à jour pour le réacteur nucléaire, lui donnant une durée de vie plus longue et plus de puissance.

La durée de vie du MMR a maintenant été prolongée jusqu’à 40 ans avant qu’il ne soit nécessaire de le mettre hors service. Cela double la durée de vie de la technologie par rapport à la conception originale. Cependant, le MMR nécessitera un ravitaillement périodique et le site stockera temporairement le carburant neuf et usé avant qu’il ne soit transporté ailleurs.

De nombreuses préoccupations ont été soulevées par la communauté au sujet du SMR ; les résidents se souviennent encore d’accidents nucléaires survenus sur le site des Laboratoires de Chalk River dans les années 1950, y compris la première fusion nucléaire au monde en 1952.

« Nous sommes dans une crise climatique. Nous devons agir maintenant, et le nucléaire n’est pas « maintenant » ; il faudra pas mal d’années pour mettre cela en œuvre. Il y a l’énergie solaire, l’énergie éolienne et l’eau – ces sources d’énergie n’ont pas besoin d’être testées », a déclaré Deborah Powell, présidente de Pontiac Environmental Protection. « Je ne crois pas que ce soit une bonne image à saisir pour un avenir meilleur », a-t-elle ajouté.

Cependant, selon le ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Reagan, sans l’énergie nucléaire, il n’y a pas de modèle qui permettra au Canada d’atteindre ses objectifs en matière d’émissions.

Une évaluation environnementale conforme à la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale est en cours. L’évaluation doit prouver que le projet n’est pas susceptible d’entraîner des effets environnementaux importants. De plus amples renseignements sur l’évaluation seront disponibles en 2024.