Plan de gestion des matières résiduelles à la MRC Pontiac

0
32

Deb Powell et
Arnaud de la Salle

Le Journal du Pontiac a conduit une entrevue avec Thierry Raimbault,  le coordonnateur à l’environnement par interim, à la MRC Pontiac.
La MRC aura un PGMR mais comment
les responsabilités sont-
elles divisées entre les
municipalités et la MRC?

Deb Powell et
Arnaud de la Salle

Le Journal du Pontiac a conduit une entrevue avec Thierry Raimbault,  le coordonnateur à l’environnement par interim, à la MRC Pontiac.
La MRC aura un PGMR mais comment
les responsabilités sont-
elles divisées entre les
municipalités et la MRC?
Selon la Loi sur la qualité de l’environnement, la MRC doit disposer d’un plan de gestion des matières résiduelles ou PGMR. Ce PGMR permet de dresser un portrait régional de la gestion des matières résiduelles, de déterminer les orientations et les objectifs poursuivis par la MRC et d’identifier les actions à mettre en œuvre pour y arriver. Ce plan d’action a été élaboré au cours de l’année 2015 par un comité de maires accompagné de Kari Richardson, coordonnatrice à l’environnement de la MRC de Pontiac.
Sur le plan des responsabilités, ce sont les municipalités qui sont responsables de collecter et de disposer de leurs matières résiduelles. Ce sont également elle qui sont chargées de mettre en œuvre les actions définies dans le PGMR.
La MRC, quant à elle, se charge d’accompagner et d’appuyer les municipalités dans leurs actions et de compiler les informations relatives à la gestion des matières résiduelles afin d’élaborer le rapport de suivi du PGMR demandé par le
MDDELCC (Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques).
Qu’est-ce qu’il y a de différent dans ce plan comparé au précédent?
Ce projet de PGMR 2016-2020 ne révolutionne pas le précédent, mais s’inscrit dans sa continuité, de manière à poursuivre les actions engagées dans
le passé et à améliorer globalement la gestion des matières résiduelles. On retrouve donc les mêmes thèmes dans les plans d’actions des deux PGMR avec des actions concernant les matières recyclables, les matières organiques
compostables, les résidus domestiques dangereux, les encombrants et pneus hors d’usage, les résidus de construction-rénovation-démolition, les installations septiques et les aspects de communication et de sensibilisation.
Quels sont les plus grands défis auxquels le Pontiac doit faire face pour atteindre les objectifs visés.
Le plus grand défi auquel doit faire face le Pontiac, de même que la province entière, consiste à détourner le maximum de matières recyclables, réutilisables ou valorisables de l’enfouissement, de manière à n’éliminer que les résidus dits «ultimes».
Si l’on regarde le contenu des déchets du secteur résidentiel au Québec en 2012-2013 (1), plus de la moitié des déchets enfouis (57%) correspond à des matières organiques. La majorité de ces matières sont valorisables par compostage ou biométhanisation par exemple. Autre chiffre: 20% des déchets enfouis correspondent à des matières recyclables ! La marge de progrès est donc très grande.
 Le plan vise à atteindre les objectif de la politique provinciale 2015. Nous sommes en retard ou non?
Au niveau provincial, la dernière étude publiée par RecycQuébec date de
2012 (2). Selon cette étude, la quantité de matières résiduelles éliminées en 2012 est de 724 kg par habitant, l’objectif 2015 étant fixé à 700 kg par habitant. Concernant la collecte sélective, le taux de récupération des matières provenant du secteur résidentiel est de 59 % et l’objectif 2015 est fixé à 70%. Pour les matières organiques, le taux de recyclage pour l’ensemble du secteur municipal (boues incluses) est de 21 % en 2012 et l’objectif 2015 est fixé à 60%.
Pour résumer, le Québec est proche d’atteindre son objectif de 700 kg de déchets enfouis par habitant et des progrès sont encore à réaliser sur le plan de la collecte sélective et de la valorisation des matières organiques.
Un dernier commentaire au sujet de ce plan?
La bonne gestion des matières résiduelles est l’affaire de tous, aussi bien à la maison, dans le jardin, sur le lieu de travail et pendant les loisirs. Je suis persuadé que les efforts des municipalités et des résidents du Pontiac permettront de propulser cette belle région encore plus loin sur la voie du développement durable et de la protection de l’environnement.
(1) Caractérisation des matières résiduelles du secteur résidentiel
2012-2013, EEQ et RecycQuébec, 2015.
(2) Bilan 2012 de la gestion des matières résiduelles
au Québec, RecycQuébec, 2014.