Notre nouveau député fédéral: Will Amos

0
18

Allyson Beauregard (tr. L. T.)


Allyson Beauregard (tr. L. T.)

Le 19 octobre dernier, M. Will Amos, de Chelsea, a été élu député fédéral de la circonscription de Pontiac en recueillant plus de 34 000 voix, soit 54,5% du vote pour le Parti libéral. Mathieu Ravignat, le député sortant du NPD, a récolté 22,5% des votes et le candidat conservateur, Benjamin Woodman, 13,9% des voix. Le Bloc, le Parti vert et les autres candidats étaient loin derrière.
Selon M. Amos, ce raz-de-marée libéral est facile à comprendre: « Dans le Pontiac, 71,9% des électeurs se sont prononcés, soit 3% de plus que la moyenne nationale et 12% de plus que lors des élections de 2012. Ces 34 000 voix, c’est un record de voix accordées à un parti. Le Pontiac a parlé et son message est très clair: les électeurs ont voté pour notre chef, pour notre plateforme électorale, pour moi et pour le changement que nous représentons », expliquait M. Amos. Il a ajouté qu’il avait hâte de travailler avec les
leaders municipaux et provinciaux, les organismes communautaires, les peuples autochtones et la Chambre de commerce locale, en commençant par un sommet économique.
Quant aux promesses électorales, il affirme que la balle est dans le camp du Premier ministre Trudeau. « Nous avons l’intention d’être fidèles à nos promesses, mais je ne connais pas exactement l’échéancier de leur mise en oeuvre », déclarait-il. Quoique le nouveau
gouvernement libéral ait été porté au pouvoir avec un peu moins de 40% des votes, M. Amos affirme que son parti est toujours convaincu de l’importance d’une réforme électorale. « Nous allons
organiser un forum et étudier différents modèles, ce qui ne veut pas nécessairement dire que nous allons choisir la représentation proportionnelle. Ensuite, nous allons proposer des lois dans la direction choisie », continuait-il. Son parti s’est engagé à effectuer des réformes du système électorale au cours des 18
premiers mois de son mandat.
Sommet économique pour le Pontiac
M. Amos déclarait que sa priorité sera « de
s’organiser, d’ouvrir ses bureaux et de siéger
à la Colline parlemen-
taire durant quelques
semaines ». Ensuite, il
priorise la tenue d’un
sommet économique dans Pontiac, afin de réunir les élus municipaux et provinciaux, les représentants des entreprises et des groupes communautaires.
Fini le n’importe-quoi
« Nous devons nous rencontrer et planifier les priorités régionales en infrastructures. On ne peut pas fonctionner par municipalité. Nous devons avoir une approche stratégique. Nous devons regarder plus loin que notre arrière-cour et développer une pensée régionale. Le budget 2016 tiendra compte des besoins en renouvellement des infrastructures, mais le gouvernement ne peut
pas régler tous les
problèmes », disait-il, tout en précisant qu’il faudra du temps avant que les citoyens de Pontiac voient une amélioration. « Il n’y a pas de solution magique.  Si nos décideurs régionaux peuvent s’entendre et prendre les bonnes décisions dans le dossier de nos infrastructures, ce sera une percée importante et les choses pourront avancer », disait-il au Journal. Il ajoutait que l’intérêt du nouveau gouvernement pour l’économie verte et les nouvelles technologies dans ce secteur pourrait aider l’économie anémique du Pontiac.
M. Amos, qui était visible partout dans sa circonscription durant la campagne électorale, affirme qu’il sera présent dans le Pontiac aux activités communautaires et en ouvrant un bureau dans la partie ouest de sa circonscription, mais il s’attend à ce que ses commettants (ses électeurs) fassent de même: « Les gens peuvent s’attendre à me voir régulièrement, mais ça va dans les deux sens. Je
m’attends à ce que les citoyens viennent aussi me voir. Si nous voulons des améliorations, il faut que tout le monde s’implique, je ne suis pas le seul dans cette aventure. Mais je vais
certainement faire de mon mieux pour être à la
hauteur des attentes de la population ».