Les travailleurs de la MRC font une grève d’une journée

0
7

Les grévistes du gouvernement (SFPQ) ont organisé une manifestation bruyante mercredi, perturbant les services dans les bureaux de la MRC à Campbell’s Bay. Les négociations avaient achoppé sur les salaires, mais elles devraient reprendre sous peu.

Nikki Buechler

CAMPBELL’S BAY – Le bureau de la MRC à Campbell’s Bay a été la scène d’une manifestation le mercredi 23 novembre.

Les employés membres du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), le syndicat des travailleurs du gouvernement du Québec, ont passé la journée à
l’extérieur pour protester contre le manque de progrès dans les négociations contractuelles. Les employés de la MRC sont sans contrat depuis décembre 2021.

Michel Girard, le président régional, a déclaré

« Les employés de l’État dans le Pontiac sont payés moins, en moyenne, que les employés qui occupent les mêmes emplois dans les régions voisines », a-t-il noté. « Les employés du SFPQ dans d’autres régions ont négocié des contrats qui incluent une augmentation de salaire ; si on nous offrait les mêmes conditions, ce serait acceptable pour nous. Comme les salaires dans le Pontiac sont généralement plus bas au départ, il n’en demeure pas moins que nous gagnons moins, en moyenne, que nos collègues qui exercent des fonctions comparables dans d’autres régions. Cependant, on nous demande d’accepter une augmentation salariale de seulement 13,25 % pour les cinq prochaines années, ce qui est inférieur aux contrats négociés ailleurs. Nos salaires dans le Pontiac sont déjà inférieurs à ceux des autres régions. Cela entraînerait un écart salarial encore plus grand », a expliqué M. Girard.

Selon M. Girard, une « offre finale » a été présentée il y a deux semaines, mais le syndicat a choisi de la rejeter, les travailleurs exigeant une augmentation de 14,5 % au cours des
cinq prochaines années.

« Compte tenu du coût de la vie en ce moment et de ce qui se passe avec l’inflation, la majorité de notre augmentation salariale sera immédiatement absorbée. Nous cherchons à obtenir une augmentation salariale équivalente à celle de nos pairs. Nous méritons d’être rémunérés équitablement », a déclaré M. Girard.

Lors du Conseil des maires du mercredi 23 novembre, il a été convenu que « les négociations avec le syndicat reprendraient », selon la préfète Jane Toller.

« Pour l’instant, aucune autre action de grève n’est prévue, car l’employeur s’est engagé à revenir à la table des négociations. Nous avons bon espoir d’atteindre notre objectif de parvenir à un accord », a confirmé M. Girard après avoir appris la nouvelle.