Les belles affaires !

0
46

J’ai eu une prise conscience à propos du gouvernement caquiste. Il est souvent qualifié de défenseur du Québec inc., parce que François Legault et beaucoup de ses ministres viennent du milieu de l’entreprise, parce que son credo est l’économie, et les entreprises québécoises. Déjà plutôt les grosses compagnies incorporées, avec de gros capitaux, qui font de gros investissements (ou en demandent à l’état) pour engranger de gros bénéfices. L’installation de Northvolt aux frais du contribuable québécois, au mépris des règles environnementales et de l’opinion des habitants de la Montérégie, pour des bénéfices lointains, en est un exemple frappant.  Le surnom de la CAQ ne me semblait plus usurpé.

Mais le déclic de mon épiphanie ? L’annonce par le même gouvernement qu’il permettrait à des compagnies exploitant les énergies hydroélectrique et éolienne de les vendre à d’autres (grandes) entreprises.  Après tout, on peut concevoir qu’Hydro-Québec ait de la difficulté à répondre à la demande ; son mandat est surtout le service à la population, et puis si les entreprises préfèrent s’arranger entre elles, pourquoi pas ? D’accord, mais si l’un de ses « producteur » d’énergie devient propriétaire d’une grosse partie du territoire ou d’une rivière majeure, que fait-on ? Et si un jour l’une de ses entreprises devient un concurrent si puissant qu’il concurrence Hydro-Québec, qu’il peut influer sérieusement sur les tarifs énergétiques ou de vendre de cette ressource dont M. Legault semble si fier ?  Le loup dans la bergerie ?

Comme dans le domaine de la santé, en déléguant aux cliniques privées de plus en plus de services, au risque que le personnel de la santé migre massivement vers le privé, ce qui affaiblirait encore plus un système public déjà à l’agonie, ce qui ironiquement contribuerait à justifier le transfert de la santé à des intérêts privés dont le principal objectif est de faire de l’argent, pas de soigner l’humanité souffrante !

Ajoutons-y l’empressement des caquistes à mettre en place les solutions en éducation ou encore la braderie des claims miniers à l’échelle de la province, je m’excuse de le dire : François Legault déconstruit peu à peu le modèle social mis en place dans les années 1970 et 1980! La CAQ démolit un système progressiste en éducation et en santé qui a permis au Québec de prendre part au concert des nations modernes.  L’inféodation du premier ministre à la grande industrie lui fait oublier que 80 % des entreprises sont des PME, le cœur de l’économie québécoise.  La CAQ brise les solidarités et confie l’avenir de nos enfants à des intérêts privés dont le seul but est de « faire des affaires » sur notre dos.