Les Algonquins à Val d’Or

0
40

La Grand chef du Conseil tribal de la nation algonquine anishinabeg, Mme Verna Polson, a annoncé que l’organisme qu’elle représente ne participera plus à aucune activité dans la ville de Val d’Or en
solidarité aux femmes autochtones qui ont fait l’objet d’abus dans cette ville.

La Grand chef du Conseil tribal de la nation algonquine anishinabeg, Mme Verna Polson, a annoncé que l’organisme qu’elle représente ne participera plus à aucune activité dans la ville de Val d’Or en
solidarité aux femmes autochtones qui ont fait l’objet d’abus dans cette ville.
Le Conseil tribal devait tenir une
rencontre des chefs dans cette ville en novembre, mais vient d’annuler cette
réunion pour soutenir le mouvement de boycott par les différents groupes autochtones touchés par les révélations faites à l’émission Enquête à Radio-Canada.  Mme Polson soutient la demande d’une enquête publique sur les faits allégués, mais aussi sur l’ensemble des
conditions de vie des femmes et des
communautés autochtones.
Si les faits allégués portent sur les activités des policiers dans la ville de Val d’Or, Mme Polson estime qu’il existe un climat de racisme et d’ignorance latent à l’égard
des peuples autochtones dans plusieurs villes du Québec. « Les communautés autochtones représentent un impact économique important pour les villes
 établis près de nos communautés et il est nécessaire que la population prenne
conscience de cette réalité », souligne-t-elle. 
Mme Polson estime nécessaire qu’un dialogue s’ouvre enfin ave les sociétés québécoise et canadienne sur les conditions de vie des communautés autochtones.
Georges Lafontaine
Kitigan Zibi