L’enregistrement des rencontres publiques : une bonne affaire

0
21

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist

La COVID-19 a des impacts sur tout, y compris sur la vie démocratique et la

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist

La COVID-19 a des impacts sur tout, y compris sur la vie démocratique et la
gouvernance de nos municipalités. N’ayant plus la possibilité d’assister aux rencontres municipales, les citoyens devront se tourner vers les médias et les municipalités pour se tenir au courant de ce qui se passe. Le gouvernement a mis en place un décret qui, en résumé, oblige les municipalités à rendre public le
contenu de leurs rencontres tout en demandant au conseil municipal de favoriser les questions du public. Ce sera tout un défi, entre autres à cause du réseau Internet du Pontiac qui peut parfois nuire à la participation efficace des
conseillers. 
On a donc vu apparaître récemment l’audio des rencontres publiques sur les différents sites Internet des municipalités. Certains maires, comme Gaston Allard
de Fort-Coulonge, ont trouvé l’exercice fort efficace. « On était concentré, les
commentaires de nos conseillers étaient pertinents et rapidement, on a pu partager le contenu », m’a dit M. Allard. Ce n’est pas parfait, puisque c’est plus difficile d’avoir les questions du public, mais cet exercice emmène souvent une certaine prise de conscience dans les propos. En écoutant la rencontre publique du début du mois de mai à l’Île-du-Grand-Calumet, on se rend compte de l’effet bénéfique
de l’enregistrement des rencontres. Quoiqu’en arrière-plan il y ait eu un conflit entre des conseillers et le maire, le ton est demeuré correct, le vocabulaire utilisé était respectueux et le conseil s’est même engagé à répondre aux inquiétudes des citoyens. Ce pas dans la bonne direction facilite la tâche des citoyens qui veulent suivre les affaires courantes de leur municipalité.
Certains diront, avec raison, qu’il n’y a jamais beaucoup de résidents qui assistent aux rencontres. Toutefois, la présence et les questions d’un ou deux citoyens font parfois toute une différence dans les discussions au conseil. Les élus et les médias devront trouver un moyen de susciter la curiosité du public. C’est
souvent par l’intérêt du public qu’un conseil réussit à se renouveler. C’est ainsi que dans le Pontiac, plusieurs élus ont décidé de s’impliquer sur des sujets tel que le développement économique, la voirie et les services municipaux.
Peu importe l’évolution de la pandémie, je souhaite que l’enregistrement des
rencontres publiques des municipalités se poursuive. C’est un exercice de
transparence simple, abordable et utile pour les citoyens. Pour les médias,
l’enregistrement facilite le repérage des sujets importants et, à l’occasion, des bonnes nouvelles.  Les enregistrements pour les élus seront aussi fort utiles pour expliquer aux citoyens leurs démarches ou leurs décisions. Avec 125 élus municipaux à travers le Pontiac, ce qui est autant que le nombre de députés à l’échelle du Québec, il serait fort utile de pouvoir systématiquement s’informer sur les dossiers en cours à travers la région en comptant sur des enregistrements.