Le préfet de Pontiac sera-t-il élu par le public en 2017?

0
13

Allyson Beauregard


Allyson Beauregard

MRC PONTIAC – Lors d’une assemblée régulière du Conseil des maires qui se tenait à l’édifice de la MRC à Campbell’s Bay, le 20 septembre, on a déposé un rapport détaillé présentant les résultats d’une étude « maison » sur 14 MRC du Québec qui ont élu des préfets par suffrage universel (soit environ 20% de toutes les MRC du Québec).
Le rapport intitulé « Élections municipales 2017 : Élection du préfet au suffrage universel » présente un portrait sommaire de ces 14 MRC et les résultats d’un sondage d’opinion auprès de leurs directions et identifie pourquoi et comment cette option pourrait être avantageuse pour la MRC de Pontiac.
On avait discuté de ce sujet en 2009 quand un document comprenant divers articles et données concernant le suffrage universel avait été présenté au Conseil. Le rapport dont il est question ici est un suivi répondant aux questions générales des maires.
Selon le préfet de la MRC de Pontiac, Raymond Durocher, le rapport « parle de
lui-même ». La plupart des MRC qui ont opté pour le suffrage universel sont
des régions peu peuplées ayant un revenu disponible par habitant parmi les plus bas au Québec et qui n’ont pas de noyau urbain dominant.
« La plupart des MRC avaient des profils semblables à celui du Pontiac et toutes ont dit que si l’occasion se présentait, elles prendraient la même décision », dit
M. Durocher. Selon le rapport, un sondage téléphonique auprès des directeurs généraux des 14 MRC qui ont fait le choix du préfet élu au suffrage universel fait ressortir certains avantages susceptibles d’améliorer la gouvernance, entre autres la disponibilité du préfet, son leadership renforcé, la représentativité et la crédibilité accrues.
M. Durocher a insisté pour dire que le fait d’avoir un préfet à temps complet qui est en mesure de porter toute son attention sur les sujets qui touchent la MRC
est avantageux. Toutefois, le suffrage universel implique des coûts beaucoup plus élevés que la méthode qui prévaut actuellement dans le Pontiac. En plus des coûts de 80 000$ à 100 000$ pour l’élection à tous les quatre ans (1,50$-1,75$ par
résident, par année),
le salaire moyen d’un préfet à temps complet est d’environ 60 000$ – 70 000$ par année. Le préfet actuel du Pontiac gagne 34 000$ par année.
« Le suffrage universel améliorerait l’efficience et l’imputabilité (de Pontiac) et il faciliterait la saisie d’occasions telles que le Centre de transformation de la biomasse. Mais le statu quo est tout aussi valable que le préfet
au suffrage universel (PSU), si ce dernier ne s’inscrit pas dans une vision régionale de la gouvernance, si on ne définit pas pourquoi et comment on le fera. Afin de maximiser l’efficacité du PSU, cette décision devrait être accompagnée d’autres actions comme le dépôt d’un plan stratégique des communications, la mise à jour (2017-2020) de Vision 2020 afin de rendre imputable la MRC sur des objectifs à atteindre et différentes autres mesures favorisant la participation de la population à la vie démocratique du Pontiac.», conclut le rapport.
Une décision doit être prise avant le mois de mai 2017 afin d’être appliquée aux élections de novembre 2017. Une fois rendue, la décision sera irréversible. Si la MRC de Pontiac décide de prendre ce virage, elle sera la deuxième en Outaouais à le faire. Le rapport complet est disponible sur le site Web de la MRC.      (TR : CB)