Le Forum des entreprises soulève des questions sur la fiscalité

0
170

Jane Toller prend des notes pendant que Caitlin Brubacher parle de ses préoccupations en tant que propriétaire d’entreprise dans le Pontiac lors du premier Forum sur le développement des entreprises à Fort-Coulonge le 17 avril.

Nikki Buechler

Fort-Coulonge – La préfète de la MRC, Jane Toller, a présidé le tout premier Forum d’affaires du Pontiac à la salle des Chevaliers de Colomb de Fort-Coulonge le 17 avril. Il s’agissait d’une occasion pour les propriétaires d’entreprises locales d’exprimer leurs préoccupations concernant le développement des affaires et les exigeants défis auxquels ils font face.

Mme Toller a donné le ton à la réunion en exprimant sa frustration quant au temps qu’ont mis certains résidents et entreprises à attendre qu’Hydro Québec rétablisse le courant à la suite de la récente tempête de verglas. Elle a également critiqué la façon dont le Québec perçoit les impôts, en particulier les droits de mutation imposés aux acheteurs de biens immobiliers. « Cette “taxe de bienvenue’ est un fardeau pour de nombreux propriétaires d’entreprises, et il serait peut-être plus facile pour eux de la payer sur trois ans plutôt qu’en une seule fois ». Les représentants des municipalités locales ont répondu qu’il s’agissait d’une taxe provinciale et qu’ils n’en avaient pas le contrôle.

John Edelman, propriétaire d’Astra Estates à Bristol, s’est interrogé sur l’absence d’incitations fiscales offertes par les municipalités. « Nous avons acheté cette propriété pour en faire un chalet, mais nous avons décidé de rouvrir le terrain de golf. C’est cher, et nous aimerions avoir une subvention. Nous employons des gens de la région et les gens de la région fréquentent notre magasin ».

Caitlin Brubacher, propriétaire d’Elephant in the Attic, à Portage-du-Fort, estime que le modèle actuel de séparation des entreprises en “entreprises à but lucratif ou entités à but non lucratif” manque de nuance. « Si vous voulez lancer un projet qui est une entreprise sociale, qui bénéficie à la communauté, il devrait y avoir un moyen d’accommoder ces types d’entreprises ».

Todd Hoffman, propriétaire de Brauwerk Hoffman, s’est demandé si les entreprises saisonnières devaient être facturées pour les services fournis tout au long de l’année : « On me facture le ramassage des ordures 12 mois par an, alors que nous ne sommes ouverts que la moitié de l’année ».

Plusieurs autres sujets ont été abordés au cours de la soirée, notamment la difficulté de trouver de l’information sur les sites Web gouvernementaux, les différences entre les règlements locaux qui causent de la confusion et la conservation de l’environnement.

« Nous voulons soutenir les entreprises du Pontiac afin de les aider à réussir », a déclaré Mme Toller. « Je suis impatiente d’entendre d’autres idées lorsque nous continuerons à avoir ce type de discussions à l’avenir ».

For the English version of this article go to www.pontiacjournal.com