Le décloisonnement des métiers de la construction – pas assez loin

0
57

Le projet de loi 51 déposé par le Ministre du Travail manque d’ambition, selon un chercheur de l’Institut économique de Montréal. Le Québec compte 25 métiers à certification obligatoire en construction, contre seulement sept en Ontario. Le décloisonnement proposé représente un très petit pas, alors que le défi à relever est énorme.

Le projet de loi prévoit permettre auxtravailleurs ayant un statut de compagnon d’effectuer des tâches présentement réservées à un autre métier que le leur, dans la mesure où ces tâches ne relèvent pas de la structure, de l’opération de machinerie lourde ou de spécialités telles la plomberie et l’électricité.

Le projet de loi maintient les exigences de formation et de certification pour les 25 métiers à certification obligatoire, freinant l’entrée de nouveaux travailleurs dans les métiers qui, ailleurs au pays, ne requièrent aucune formation particulière.

Le chercheur questionne notamment la pertinence d’imposer une formation de 900 heures échelonnées sur huit mois pour devenir peintre en bâtiment, par exemple, dans un contexte où il manque près de 10 000 travailleurs dans l’industrie. Selon la Société Canadienne d’hypothèques et de logement, le Québec aurait besoin de 1,19 million de nouveaux logements d’ici 2030 afin de retrouver les niveaux d’abordabilité observés en 2004.

Célia Pinto Moreira, IEDM
Montréal