Le débat électoral du Pontiac

0
3

Mike Owen Sebagenzi (Quebec Solidaire); André Fortin (Liberal Party of Quebec); Terrence Watters (Quebec Conservative Party); Coaltion Avenir Quebec’s Corinne Canuel-Jolicoeur, plus Pierre Cyr for the Green Party of Quebec at CHIP FM’s election debate.

Aidan Belanger

FORT-COULONGE – Le 6 septembre, le débat de tous les candidats de CHIP FM au Centre de conférence du Pontiac pour la prochaine élection provinciale a vu cinq des sept candidats présenter et argumenter leurs plateformes électorales : Mike Owen Sebagenzi (Québec Solidaire) ; André Fortin (Parti Libéral du Québec) ; Terrence Watters (Parti Conservateur du Québec) ; Corinne Canuel-Jolicoeur de Coalition Avenir Québec, ainsi que Pierre Cyr pour le Parti Vert du Québec. Le Parti québécois et le Parti canadien du Québec n’ont pas participé. François Carrier, de CHIP, était le modérateur.

Santé : beaucoup de solutions, peu de détails

Les soins de santé ont suscité la plus longue discussion. En bref, Québec Solidaire met l’accent sur l’accessibilité, la proximité et les pénuries de main-d’œuvre du CISSSO ; QS propose de construire des institutions publiques, y compris un CLSC 24/7 mais autonome des bureaucraties urbaines. Les libéraux insistent sur le fait que le Pontiac rural mérite des services équivalents à ceux de la ville, et proposent des « salaires compétitifs » ici. Alors que la CAQ convient que les soins de santé ont été sous-financés pendant des décennies, Mme Canuel-Jolicoeur insiste sur un « plan de santé solide » avec des augmentations de salaire et davantage de services gratuits. Le Parti vert souhaite réévaluer l’ensemble du système et raccourcir la durée de l’école d’infirmières pour attirer plus d’étudiants. Le conservateur Terrance Watters a déclaré que le système de santé lui-même « est malade » et qu’il faut le privatiser pour y remédier – tous les autres candidats n’étant pas d’accord.

Pierre Cyr a soulevé les questions environnementales, « Nous sommes en train de ruiner notre monde, de polluer la planète ».

Les Verts veulent une production locale des produits de première nécessité, et M. Cyr considère que cela stimule les économies locales. M. Sebagenzi, de QS, a proposé de rénover les bâtiments pour augmenter le nombre de logements et stimuler le commerce.

Les arts et la culture locaux, salués par l’auditoire, ont apporté des propositions vagues : Les Verts vont « soutenir les artistes et leurs projets. La région sera mieux revitalisée par des personnes locales ayant de l’initiative », a déclaré M. Cyr. M. Sebagenzi a noté les obligations du gouvernement de stimuler et de promouvoir la culture locale, « mais ils n’ont pas eu les moyens ». Il souhaite un financement pour les institutions culturelles, les bibliothèques, les musées, ainsi que des sorties culturelles à l’école. Le libéral Fortin a proposé que le gouvernement vende la culture locale à d’autres régions, et a souligné l’importance de consommer la culture au Québec. La députée Canuel-Jolicoeur de la CAQ est d’accord pour investir dans la culture, et Watters propose de « joindre » la culture et l’éducation dans les écoles.

En ce qui concerne les faiblesses économiques du Pontiac, M. Fortin a proposé deux volets : « trouver plus d’emplois » et faire venir plus de travailleurs, via l’immigration. Il a également mentionné l’inflation : « Les gens qui gagnent moins sont plus touchés par l’inflation, ils ne peuvent pas s’en sortir d’un mois à l’autre. Un salaire fixe ne fonctionne pas ». Sebagenzi a suggéré de suspendre la taxe de vente pour aider les familles, d’augmenter le salaire minimum, et d’ouvrir des centres de distribution pour soutenir les entreprises locales. Les Verts ont souligné l’importance de soutenir les agriculteurs, et de faire venir des entreprises ici pour construire une économie circulaire autosuffisante. La CAQ propose de plafonner les frais gouvernementaux et de construire (ou d’attirer) un solide réseau cellulaire en plus du nouveau système à haute vitesse, afin d’attirer davantage d’entreprises de travail à domicile. M. Watters a également encouragé le travail à domicile – ainsi qu’une exploitation plus rigoureuse des ressources, notamment forestières.

La sylviculture : il faut plus qu’une tronçonneuse

La sylviculture a suscité de nombreux commentaires. M. Watters souhaite une coupe libre des arbres « pour une utilisation au sein de la communauté ». M. Cyr a souligné la nécessité de respecter l’environnement, ce qui permet de créer des emplois ; M. Sebagenzi a approuvé, affirmant que les « méthodes traditionnelles ne fonctionnent pas et ne sont pas durables.

M. Fortin a déclaré que le Parti libéral fera la promotion de multiples projets, y compris le tourisme forestier, et que la CAQ « travaillera avec de nombreux partenaires », puisque la forêt est le plus grand atout du Pontiac.

L’éducation a mis l’accent sur la difficulté pour les élèves des régions rurales de se déplacer pour entrer à l’école. La CAQ propose des rénovations majeures, notamment pour les installations postsecondaires. Les Verts se concentreront sur le maintien des enseignants dans le Pontiac — et sur l’élimination de toutes les écoles privées ; l’éducation n’est pas un droit si elle n’est pas gratuite, en substance. Québec Solidaire veut améliorer les conditions de travail des enseignants, financer des programmes régionaux et construire de nouvelles écoles, tandis que les Libéraux proposent d’équilibrer les écoles rurales sous-peuplées et les écoles urbaines surpeuplées. Les Conservateurs affirment qu’un élève sur quatre n’obtient pas son diplôme ; M. Watters souhaite que les écoles aient plus de pouvoirs décisionnels « plutôt que le gouvernement. »

Le sujet brûlant – le projet de loi 96 !

Le projet de loi 96, qui renforce la loi 101, était le sujet brûlant de la soirée. Québec Solidaire dit que les entreprises ne devraient pas avoir à forcer les employés à parler une certaine langue, et que les droits des autochtones devraient être renforcés et les immigrants mieux protégés. Les Libéraux affirment que la loi 96 « divise les Québécois » dans les décisions relatives aux soins de santé, aux affaires et à la scolarité. Les Conservateurs ne sont pas d’accord avec le fait que l’utilisation du français se détériore, et ils révoqueront la loi 96. La CAQ insiste sur le fait que les droits des anglophones sont égaux à ceux des francophones, tandis que les Verts travailleront à la protection de la langue française dans tout le Canada.

En conclusion, M. André Fortin a affirmé qu’il est fédéraliste et qu’il défend toujours cette région. M. Watters, également fédéraliste et « défenseur de la démocratie », protégera les droits de tous les citoyens, anglos et francos. Mme Canuel-Jolicoeur, reconnaissant le penchant nationaliste de la CAQ, a dit qu’elle comprenait la région, ses deux langues et ses deux cultures, et M. Cyr, admettant que les Verts n’ont pas une grosse machine politique, a dit qu’il collaborera avec toute la communauté dans laquelle il vit et la soutiendra. M. Sebagenzi, 22 ans, insiste sur le fait que la voix des jeunes n’a pas été entendue. « D’autres personnes prendront le contrôle si nous ne le faisons pas. Le changement commence avec nous ! »

Le jour des élections est le 3 octobre dans tout le Québec. Pour plus de détails, voir les articles connexes en pages 11 à 14 ou consulter les sites Web des partis.