Le congrès de l’ordre des ingénieurs forestiers du Québec dans le Pontiac

0
29



Le 92e congrès des ingénieurs forestiers s’est tenu dans le Pontiac. Les ingénieurs ont été accueillis en grand nombre par le Groupement forestier du Pontiac qui avait organisé, avec les propriétaires du Devonshire Park, une visite de terrain privé pour l’occasion.         (AM)

André Macron

MANSFIELD, le 10 septembre 2013 – Dans le cadre du 92e congrès des ingénieurs forestiers du Québec, le Groupement forestier du Pontiac Inc. et les propriétaires du Devonshire Park organisaient, le 10 septembre dernier, une visite sur terrain privé afin de faire découvrir une splendide forêt de feuillus constituée en grande partie de chênes rouges. Depuis la confection du plan d’aménagement de la propriété en 1998, tous les travaux sylvicoles ont été planifiés et coordonnés sous la supervision du Groupement forestier du Pontiac.
Après une marche sur le terrain d’environ 30 minutes, l’ensemble des ingénieurs se sont arrêtés afin de discuter des défis d’un tel aménagement qui vise essentiellement à la réintroduction du chêne. De façon naturelle en effet, la régénération de l’espèce n’est pas nécessairement assurée puisqu’à peine 1 % des glands arrivent à germer. Le reste n’est pas nécessairement à l’abri puisque les conditions climatiques ou les chevreuils détruisent une autre partie de la production. On constate donc souvent une régénération de l’érable et autres essences alors que les sols ne sont pas nécessairement propices à la croissance de beaux érables, mais plutôt à celle des chênes.
Martin Boucher, directeur général du Groupement forestier du Pontiac, précisait d’ailleurs qu’un des rôles de l’organisme est bien d’échanger avec les       propriétaires en vue de réaliser un aménagement durable.
En matière d’aménagement forestier, M. Bruno Boulet, ingénieur forestier qui a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet, n’a pas manqué de rappeler aux personnes présentes que les écureuils et les oiseaux sont aussi de grands « aménageurs forestiers ». En cachant les glands dans le sol et en les oubliant parfois, cela donne la chance à un arbre de pousser.
Sur les lieux, l’objectif des aménagements futurs sera de maintenir la diversité écologique du site. Des efforts particuliers seront notamment faits pour conserver des essences telles que le noyer cendré, le caryer cordiforme, le frêne d’Amérique et d’autres espèces.