Le Centre de tri du Pontiac a-t-il un avenir?

0
26

Francois Carrier
Editorialiste Invité
Guest Editorialist

Le 13 décembre dernier, le Centre de tri du Pontiac a convoqué une conférence

Francois Carrier
Editorialiste Invité
Guest Editorialist

Le 13 décembre dernier, le Centre de tri du Pontiac a convoqué une conférence
de presse pour dénoncer la lenteur du ministère de l’Environnement concernant leur demande d’autorisation pour exploiter un lieu d’enfouissement technique (LET) situé au site industriel à Litchfield. Les dirigeants du Centre de tri du Pontiac présents ont expliqué que le délai du Ministère empêchait l’entreprise de prospérer et que, à cause des coûts engendrés par les déplacements de certains débris, 32 employés étaient licenciés. « Le Ministère se fout des emplois dans le Pontiac », a affirmé Raymond Durocher du Centre de tri. De plus, le Ministère exige que le Centre se conforme à une ordonnance pour des affaires qui ont eu lieu antérieurement. Le Centre de tri du Pontiac a d’ailleurs été déclaré coupable de quatre infractions à la Loi sur la qualité de l’environnement, et condamné 40 000 $.
C’est toujours décevant de lorsque nos entreprises ont des difficultés et ça fait
mal de voir des travailleurs perdre leursemploi. Par contre, la mission du ministère de l’Environnement est de contribuer au développement durable en jouant un rôle dans la lutte contre les changements climatiques, la protection de l’environnement et la conservation de la biodiversité. Ce qui veut dire que les emplois dans le Pontiac, ce n’est pas la mission première du ministère de l’Environnement, loin de là. Le 23 mai dernier, les avocats du Centre de tri ont déposé au Tribunal administratif du Québec une requête en contestation de l’ordonnance dont l’audience est d’ailleurs prévue en mai 2020. Questionné sur ce dossier, le Ministère a déclaré : « Le Ministère continue d’évaluer les actions à poser dans le dossier qui les oppose au Centre de tri du Pontiac et n’écarte  aucun recours pour assurer un retour à la conformité ». Cette citation du Ministère signifie qu’ils ne sont pas sur le point de changer leur position.
Le Centre de tri du Pontiac aurait avantage à régler dès que possible l’affaire en cours au Tribunal administratif. Pourquoi? Parce que certains politiciens m’ont confié que, avec l’existence d’un conflit juridique, ils ne seront pas en mesure de les aider. Rétablir une véritable relation avec le Ministère devrait aussi figurer en tête de liste. Le printemps dernier, lorsqu’un communiqué de presse avait été publié par le Ministère sur les infractions du Centre de tri du Pontiac, c’est moi qui avais informé le Centre de tri de la nouvelle. Ce qui peut paraître anodin, mais qui démontre bien qu’en dehors des visites des inspecteurs du Ministère, les liens de communication n’existent pas vraiment.
Espérons que les dirigeants sauront comment manœuvrer dans les prochaines semaines puisqu’une entreprise comme le Centre de tri puisse apporter non seulement des emplois, mais aussi, si le travail est bien fait, contribuer au développement du Pontiac.