La préfète rencontre le ministre des Forêts – “Le système du secteur forestier ne fonctionne pas”

0
31

Allyson Beauregard

MRC DE PONTIAC – Mme Jane Toller, préfète de la MRC de Pontiac, a rencontré Pierre Dufour, ministre provincial des Forêts, de la Faune et des Parcs, le 29 janvier, pour discuter de la revitalisation de l’industrie forestière et des

Allyson Beauregard

MRC DE PONTIAC – Mme Jane Toller, préfète de la MRC de Pontiac, a rencontré Pierre Dufour, ministre provincial des Forêts, de la Faune et des Parcs, le 29 janvier, pour discuter de la revitalisation de l’industrie forestière et des
projets proposés par la MRC. Regent Dugas, directeur du territoire de la MRC,
et Danielle Newman,directrice du développement économique de la MRC, ont également assisté à la réunion, qui a eu lieu à Gatineau et a duré environ une heure.
Mme Toller estime que la réunion s’est très bien déroulée. « Nous y sommes allés avec des solutions », a-t-elle déclaré. Elle avait reçu l’invitation environ trois jours après l’envoi de la résolution de la MRC demandant au gouvernement d’attribuer un statut spécial à la foresterie dans le Pontiac. Entre autres choses, le groupe a discuté de l’ouverture d’une école de foresterie, de la demande de la MRC pour une forêt communautaire et du besoin urgent de l’attention du gouvernement.
« Le Pontiac a toujours détenu 40% des ressources forestière de l’Outaouais, nous sommes donc importants pour la foresterie. Bien que nos usines aient fermé leurs portes au cours des dix dernières années, nous n’avons reçu aucune somme d’argent du gouvernement et la seule chose qui s’est produite, c’est que notre bois a été expédié ailleurs », a-t-elle expliqué.
Le groupe a présenté le Centre de conversion de la biomasse et la réouverture des usines locales comme solution à un problème d’envergure à l’échelle du Québec: une abondance de pâte et de biomasse (qui représente 60% de ce qui est retiré des forêts) et un nombre insuffisant d’endroits où elle est acceptée.
« Thurso et Temiscaming, les deux grandes usines acceptant pâte et biomasse, se trouvent à 300 km de distance alors que le Pontiac est au centre. Alors, s’ils veulent réduire les distances de camionnage, économiser de l’argent sur les subventions et réduire l’empreinte carbone, pourquoi ne pas l’apporter dans le Pontiac? », a déclaré Mme Toller, notant que le ministre a convenu que le Québec a besoin d’une solution au problème et que le système actuel de gestion du secteur forestier par le gouvernement provincial ne fonctionne pas.
Mme Toller a indiqué qu’elle assurerait le suivi avec le ministre en lui fournissant des informations supplémentaires, mais qu’une autre réunion n’avait pas encore été prévue.             
                           (Tr. LT)