Hydro-Québec . . .

0
36

Hydro-Québec et la Politique d’énergie du gouvernement du Québec me donnent

Hydro-Québec et la Politique d’énergie du gouvernement du Québec me donnent
la nausée. Rien de moins. La Presse du 7 mai dernier mentionnait un ‘surplus’ d’électricité généré par l’éolien au Québec et que la machine qu’est Hydro-Québec n’était plus dans l’obligation d’acheter ce surplus puisqu’elle ne pouvait pas revendre ce ‘surplus.’ En autres mots, cela signifie : « Hydro-Québec a trop d’électricité à vendre selon la grille tarifaire existante ».
Hydro-Québec ne veut pas du surplus d’électricité car cela les forcerait à baisser leur prix et ne justifierait pas leurs hausses de tarifs des dernières années. Au lieu
de réduire ses tarifs – qui serait LA chose à faire – Hydro-Québec a décidé de se débarrasser de ses obligations. Et ce qui est aberrrant est que le gouvernement Couillard a accepté sans même y penser.
Encore une fois, le gouvernement du Québec prend la part d’une entreprise au lieu de sa population. Mais les questions se posent: est-ce que le gouvernement du Québec serait prêt à une ouverture du marché d’électricité sur son territoire? N’est-ce pas le principe de la guerre contre un monopole qui lui se présente toujours comme le médium préféré de la corruption, la représentation réelle de l’oeuvre
démocratique? Pourquoi est-ce que le gouvernement Couillard n’exige pas d’Hydro-Québec de justifier ses tarifs dans cet environnement de ‘surplus’ au lieu
d’accepter à l’aveugle toute proposition d’Hydro-Québec?

Nicolas Mazet
Aylmer