Hommage à Véronique

0
154

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist


Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist

Il n’y a aucun mot pour exprimer ce qu’on peut ressentir à la suite d’une tragédie qui touche une famille aimée, respectée et impliquée comme c’est le cas pour les proches de Véronique Bourque. Si je prends le risque d’écrire sur ce sujet aujourd’hui, c’est tout simplement parce que cette communauté est capable de faire de grandes choses et de surprendre par sa capacité à surmonter les épreuves, ce qui est tout en son honneur.
De voir les condoléances, les témoignages et l’affection sincères, la vie de Véronique n’est pas passée inaperçue et sa présence est gravée à jamais dans la mémoire de ceux et celles qui l’ont côtoyée.
J’ai été grandement impressionné par l’attitude de partage, de compassion et d’amour apporter par les élèves à l’école secondaire Sieur-de-Coulonge. Au lendemain de la tragédie, il y avait un débat électoral à l’auditorium de l’école secondaire. Je peux vous dire, qu’on ne pouvait avoir plus mauvaise date pour tenir cet événement qui était prévu, évidemment depuis plusieurs semaines. Malgré tout, même si nous étions de trop dans ce contexte, tout le monde a agi comme de véritables professionnels. Même les candidats se sont montrés au départ beaucoup plus sobre qu’à l’habitude. L’aide et l’attention de l’équipe de direction et de tout le personnel impliqué de l’école envers les élèves vont rester gravés dans ma mémoire. Rien n’a été pris à la légère et on a remarqué tout de suite que tout était prévu pour supporter les élèves dans cette terrible épreuve.
La vigile qui a eu lieu la semaine dernière et les témoignages qui s’y sont succédés a été un événement unique et ce n’est pas toutes les communautés qui auraient pu en faire autant. Difficile de faire mieux comme rassemblement
pour réconforter une communauté qui a besoin de se recueillir, d’échanger et de se réconforter. Les deux municipalités, Fort-Coulonge et Mansfield ont été à la hauteur de la situation et les citoyens ont su comment réagir.
Il ne faut pas non plus se cacher derrière la réalité: les prochains jours, semaines et mois ne seront pas faciles en particulier pour les familles Bourque et Bélair. Le vide est souvent douloureux et ne s’efface pas nécessairement. Pour reprendre les paroles du maire Gaston Allard qui a remercié la famille pour sa force et sa résilience et sachant les grandes qualités humaines de cette communauté, il n’y aura pas de meilleure façon de se souvenir des grandes qualités de Véronique qu’en faisant preuve de solidarité et de compassion.