Forum sur l’économie régionale

0
32

Will Amos s’entretient avec Gail Sullivan de Emploi Québec lors du forum du 19 janvier.

Lionel Tessier



Will Amos s’entretient avec Gail Sullivan de Emploi Québec lors du forum du 19 janvier.

Lionel Tessier

FORT-COULONGE – Tel que promis au cours de sa campagne électorale, le député libéral fédéral Will Amos avait invité les citoyens de la région à
participer à un forum de discussion le 19 janvier dernier au Centre de
conférence du Pontiac. Une soixantaine de personnes, dont des élus, des entrepreneurs et des représentants des organismes communautaires, participaient à cette rencontre.
En début de soirée, le préfet de la MRC de Pontiac, Raymond Durocher, a souhaité la bienvenue aux participants et a tenu à souligner que les élus, même s’ils ont la responsabilité de prendre les meilleures décisions, n’ont pas toutes les
réponses. Ils comptent sur les citoyens pour envisager non seulement les
difficultés, mais aussi la richesse du potentiel de nos communautés.
Le député Amos a ouvert les activités de la soirée en précisant qu’il est optimiste, malgré les défis auxquels doit faire face le milieu rural.  Il a parlé des mesures que son gouvernement avait déjà mises en place depuis son accession au pouvoir : baisse d’impôt pour les plus faibles revenus, allocation familiale pour enfants, plus de fonds pour Emplois été Canada. Mais il a surtout insisté sur l’importance de la collaboration entre tous les acteurs de l’économie régionale. Pour sa part, il entend rester à l’écoute des 44 municipalités de sa circonscription et il est en contact très fréquent avec son homologue provincial, André Fortin, avec lequel
il collabore sur plusieurs dossiers (tout en respectant les juridictions fédérales et provinciales, précisait-il).
Par la suite, les participants ont été invités à former des équipes (par table) pour discuter des enjeux aux niveaux des infrastructures, des communications, du développement social et économique.
Au cours des comptes rendus des discussions, il a semblé que tout le monde était bien au courant des problèmes du Pontiac (pertes d’emplois et de résidents, etc ), et que plusieurs éléments de solution faisaient aussi consensus.
Par exemple, pour contrer l’exode des jeunes et inciter des travailleurs de la ville à s’installer dans la région (où les prix des maisons représentent le tiers des prix en ville et où la qualité de vie est incomparable), il faudrait que la région dispose d’un service internet haute vitesse fiable et à des prix abordables.
À ce sujet, plusieurs participants ont souligné que, au lieu de subventionner
à coup de millions les célébrations du 150e anniversaire du Canada et autres projets de ce genre, une partie de ces subventions pourraient aider à
développer des industries de 2e et de 3e transformation du bois dans le Pontiac (le projet de Centre de conversion de la biomasse ne représenterait que 15% de la quantité de bois qui pourrait être transformé dans le Pontiac plutôt que d’être transporté ailleurs pour enrichir d’autres régions). En fait, il était clair que les participants à la rencontre verraient d’un bon œil une meilleure répartition de la richesse entre les villes et le milieu rural. Dans cet ordre d’idée, M. Amos a souligné que les milieux ruraux urbains (les villes) avaient besoin des milieux ruraux (campagne), et vice-versa, pour se développer.
D’autres suggestions pour améliorer l’économie du Pontiac comprenaient
la création d’un parc national dans la région (une des seules où il n’y en
a pas encore) et la conservation de la piste cyclable PPJ, pour attirer des touristes.
À la fin de la rencontre, chaque équipe a remis ses notes de discussion
à M. Amos qui lui seront utiles pour planifier les prochains forums de citoyens.
En conclusion de la rencontre, le député Amos a encouragé les citoyens
à former des comités pour faire des pressions sur leurs élus, afin qu’ils
s’occupent des sujets qui leur tiennent à cœur. Pour sa part, il s’est engagé à
faire des démarches afin de faire revivre le Secrétariat rural, aboli par Harper en 2013, afin que le monde rural ait une voix au niveau du gouvernement fédéral.
D’autres rencontres sont prévues à l’agenda du député : le 1er février
à Chelsea sur l’environnement et l’économie, le 3 février à La Pêche
sur le développement régional et le 10 février, il rencontrera les agriculteurs
du Pontiac en compagnie de Lawrence MacAulay, ministre de l’Agriculture
et de l’Agroalimentaire.