Équipe autonomiste demande le retrait du projet de loi 62

0
14

Censément pour encadrer les accommodements, le gouvernement libéral a déposé le projet de loi 62 qui vise à obliger les employés de l’État à travailler à visage découvert.  La réalité est que ce projet permettra aux employés de l’État, y compris les policières et les enseignant

Censément pour encadrer les accommodements, le gouvernement libéral a déposé le projet de loi 62 qui vise à obliger les employés de l’État à travailler à visage découvert.  La réalité est que ce projet permettra aux employés de l’État, y compris les policières et les enseignantes, de garder leurs vêtements (ou autres signes évidents) religieux au travail. Ce qui est complètement à l’encontre de ce que veulent la majorité des gens, à savoir que les employés n’affichent pas leurs convictions, qu’elles soient religieuses, politiques ou autres. Cette loi serait aussi un grave recul pour notre société qui prône l’égalité-homme femme, puisqu’il officialise la permission de porter des vêtements qui symbolisent la soumission des femmes. La question de circuler ou travailler à visage à découvert ne devrait même pas se poser dans notre société occidentale.
Les employeurs, publics ou privés, devraient pouvoir exiger un code vestimentaire qui respecte les conventions de notre société, sans être ennuyés par des lois de protection des croyances ou des idéologies. Si les lois sont désuètes et erronées, qu’on les corrige tout simplement. Les personnes qui ne trouvent pas d’emploi ou qui sont congédiées parce qu’elles refusent de respecter un code vestimentaire sont les seules responsables de leur sort.
Équipe autonomiste demande donc le retrait du projet de loi 62 et propose de
corriger les lois actuelles (chartes) pour y exclure la protection des idéologies religieuses puisqu’on ne naît pas avec une idéologie, contrairement au sexe,  à la couleur de la peau ou à un handicap.  
 
Stéphane Pouleur,
chef d’Équipe autonomiste Québec