Encore un procès contre la Municipalité de Pontiac – Eddie McCann contre-attaque

0
17

Arnaud de la Salle

Quyon – Le Journal du Pontiac s’est récemment entretenu avec le conseiller nouvellement élu Eddie McCann afin d’obtenir des informations complémentaires sur le litige qui l’oppose au reste du conseil municipal. Lors de la dernière

Arnaud de la Salle

Quyon – Le Journal du Pontiac s’est récemment entretenu avec le conseiller nouvellement élu Eddie McCann afin d’obtenir des informations complémentaires sur le litige qui l’oppose au reste du conseil municipal. Lors de la dernière
réunion du conseil, il a été votée une résolution visant à exclure le
conseiller McCann de son rôle de membre du conseil. Une majorité a soutenu une action portée par le juriste représentant la municipalité auprès d’Élection Québec pour invalider l’élection de M. McCann. Les conseillers Pontirolli et Amyotte ont voté contre par respect envers un vote démocratique, et parce que le conseil n’a pu entendre les revendications du juriste qui ont été uniquement livrées au maire Larose.
Rappelons que la Municipalité de Pontiac était déjà en procès
contre Alain Larose, contre l’ancien directeur général M. Bertrand, qu’un nouveau procès pourrait
s’ouvrir avec l’entreprise de collecte des déchets Lalonde et pour couronner le tout, cette nouvelle affaire contre Eddie McCann.
« Mon élection est légitime et je veux qu’un juge me rende justice aux yeux de mes électeurs, et
j’irai jusqu’au bout », a confié
M. McCann. Dans une procédure qu’il évalue pouvant durer de 12 à 18 mois et coûtant dans les 25 000$, il se dit victime d’une véritable vendetta qui vise à l’écarter des prochaines élections municipales
de 2017.
« Avec des dépenses d’avocats de plus de 100 000$ au budget 2016, c’est presque 3 fois ce que la municipalité dépensait en 2013 sous mon mandat. Le budget a été augmenté et les taxes relevées de 5%
à cause des ces décisions, »
a-t-il affirmé.
Le Journal a pris contact avec le bureau du maire Larose afin de connaître la
position de la municipalité et d’éclairer les lecteurs à ce sujet. M. Dominic Labrie, porte parole de la municipalité, a affirmé « qu’il était faux de dire que nous dépensons 100 000$ en frais juridiques.  Nous avons dépensé 35 000$ l’an dernier. Et nous avons prévu 53 000$ pour l’an prochain. Essentiellement pour faire face à la négociation de la convention collective et pour ajuster nos règlements d’urbanisme ». 
M. Labrie a aussi commenté les procès en cour en affirmant que le procès en cour avec Alain Larose faisait l’objet de négociations à l’amiable entre les parties, que celui de Sylvain Bertrand était clos depuis longtemps et que la situation avec l’entreprise Lalonde avait trouvé une issue négociée.
Enfin M. le maire Larose a commenté les dires de M. McCann en concluant : «  Encore aujourd’hui on fait face à des poursuites qui originent de l’administration précédente. M. McCann est bien mal placé pour me faire la leçon à ce sujet. Je
répare encore les pots qu’il a cassés ». et « Concernant les démarches juridiques contre M. McCann, c’est lui qui est responsable des coûts pour les contribuables. C’est lui qui s’est présenté à l’élection
partielle, malgré l’interdiction du Directeur général des élections. S’il n’avait pas défié la loi, on n’en serait pas là aujourd’hui ».