Efficace le 500$ ?

0
24

Récemment, lorsque j’analyse les annonces du gouvernement du Québec, je demeure sur ma faim. Je suis convaincu que le 500 $ par personne annoncé lors du plus récent budget de la CAQ provenait d’une bonne intention.

Je doute tout de même de la stratégie, de son impact sur l’inflation et même de sa popularité.

Je me suis toujours méfié de ce genre d’annonce et si j’étais un conseiller de François Legault, je lui aurais dit : « souvenez-vous de Ralph Klein ».

En effet, l’ancien premier ministre de l’Alberta, avait remis 400 $ en 2006, à chaque albertain. Les critiques avaient été nombreuses et c’est à partir de ce moment que cet ancien premier ministre, qui avait remporté 74 des 83 sièges en 2001, un des plus populaire de l’histoire, s’était fait montrer la porte quelques semaines plus tard. Les citoyens avaient trouvé cette stratégie mal planifiée et lui avaient reproché un manque de vision. Le contexte et la réaction ne sont certes pas les mêmes avec François Legault, mais personne n’a été convaincu que cette mesure jouera un rôle positif sur la qualité de vie.

L’inflation, c’est un peu comme un irritant, comme une porte qui coince ou un robinet qui fuit. C’est lorsque le problème devient important que l’anxiété et les réactions d’énervement surviennent. C’est de cette manière que plusieurs personnes se sentent. L’augmentation du coût des loyers, de la nourriture, du transport, ont eu un impact sur la qualité de vie des Québécois et on ne peut pas dire que les derniers mois ont été reposant. Les autres parties y vont aussi de leurs propositions. Gel des tarifs d’Hydro-Québec chez les libéraux, tentative de contrôle des prix du logement chez Québec solidaire, baisse de taxe sur l’essence pour le conservateur Duhaime et le PQ propose aussi un gel, mais qui s’appliquerait à toutes les sociétés d’État.

Ma conjointe me désigne comme un optimiste délirant, c’est-à-dire que je suis davantage enclin à voir presque tout positivement. Par contre, sur cette question d’aider la classe moyenne, je ne peux pas dire que je trouve qu’il y a une idée qui se démarque. Les propositions démontrent clairement une intention d’attirer des électeurs. Malgré tout, la chose qui m’a réjoui récemment, c’est l’intention de décentralisation des services de santé. Rien n’est fait, mais au moins ce mot arrive dans la bouche d’un ministre de la Santé. Notre député, André Fortin, dit qu’il veut emmener davantage de services à l’hôpital de Shawville, voilà une proposition intéressante. Je vais croire à tout ça, quand je vais le voir, mais en vue de cette campagne électorale au Québec, les partis politiques auraient avantage à miser sur la qualité des services aux citoyens et non d’essayer de plaire à tout prix.