Demandes de prévention des inondations

0
43

Demandes pour une meilleure gestion de la rivière

Sophie Demers

RIVIÈRE DES OUTAOUAIS – Le Groupe de travail sur la prévention des inondations de la MRC a créé une liste de demandes qu’il juge nécessaires à la gestion efficace de larivière des Outaouais. Créé en 2019 et composé de citoyens et de divers représentants d’organisations locales, le groupe de travail a pour mandat de formuler des recommandations pour prévenir de futures inondations.

La préfète de la MRC, créatrice et membre du groupe de travail, Jane Toller, déclare : « Nous avons découvert que la rivière n’était pas gérée comme les autres rivières ; les exploitants de barrages le long de la rivière ne coordonnent pas leurs efforts ».

Le Pontiac a été touché par des inondations à de nombreuses reprises au fil des ans, le plus récemment en 2017, 2019 et 2023. Pour s’acquitter de son mandat, le groupe de travail a demandé des plans de gestion à divers exploitants de barrages le long de la rivière et à l’Office de planification de la régulation de la rivière des Outaouais (ORRPB). Cependant, ni l’ORRPB ni les exploitants de barrages n’étaient disposés à partager leur plan de gestion.

Le groupe de travail a déclaré qu’il croit que de nombreux aspects de la gestion de la rivière sont problématiques. Ils ont dressé une liste de six demandes pour améliorer la surveillance.

Premièrement, le groupe de travail exige que les exploitants de barrages partagent leurs plans de gestion ainsi que les documents pertinents. Ils demandent qu’Hydro-Québec et les producteurs d’électricité de l’Ontario partagent leur utilisation hydroélectrique pour évaluer la demande, ainsi que pour donner la priorité à la protection des personnes et des biens plutôt qu’à la production hydroélectrique. La quatrième demande stipule que toute l’infrastructure de jauges et de capteurs pertinente doit être révisée lorsqu’il y a des lacunes en matière de rapports. La demande stipule également que l’information sur les rapports sur les capteurs soit rendue publique et que l’infrastructure soit entretenue chaque année avant la fonte des neiges.

La prochaine demande indique que les limites de niveau d’eau dans les plans de gestion ne devraient pas dépasser 112,5 m à Pembroke, 107 m dans le lac Colonge et 75 m dans le lac des Chats. La dernière demande stipule que tous les réservoirs ayant un impact sur la rivière soient vidés avant mars de chaque année, en particulier les Dozois, Rapid 7, Quinze, Lady Evelyn, Timiskaming, Kipawa et Des Joachims.

« Nous travaillons maintenant également avec l’Ontario, ce qui est important parce que si vous avez des inondations d’un côté, vous en aurez de l’autre », a déclaré Mme Toller, soulignant qu’ils sont en contact avec les municipalités le long de la rivière. « Par exemple, le maire de Rockland, en Ontario, fait de grandes choses. Il a demandé qu’une étude fédérale soit réalisée. »

La liste des revendications a été envoyée à toutes les principales parties impliquées, y compris Benoit Charette, ministre de l’Environnement ; François Bonnardel, ministre de la Sécurité publique ; André Fortin, député du Pontiac ; John Yakabuski, député provincial de Renfrew – Nipissing – Pembroke ; Sophie Chatel, députée de Pontiac ; Hydro-Québec et Ontario Power Generation (OPG), entre autres.

« Les gens ont investi et acheté une propriété ; ils ont le droit d’y vivre et de jouir d’une bonne qualité de vie. Ils ne devraient pas avoir à s’inquiéter chaque printemps que leur propriété va inonder », a déclaré Mme Toller.

« Je tiens à assurer aux résidents que nous faisons tout notre possible pour prévenir d’autres inondations. »