Covid-19 et problèmes sociaux ?

0
23

Fred Ryan
Éditorialiste Invitée
Guest Editorialist


Fred Ryan
Éditorialiste Invitée
Guest Editorialist

La nouvelle d’un suicide au sein de notre communauté, bien qu’écrasante pour tous ceux qui le connaissaient, met en évidence un problème social longtemps occulté dans nos préoccupations quotidiennes. Cette pandémie montre les insuffisances de nos réseaux et institutions publiques de santé mentale.
Alors que le stress mental peut s’accumuler dans presque toutes les
situations, le confinement la pousse tout cela à l’extrême. Il ne faudra peut-être pas attendre longtemps avant que le stress mental et les pannes deviennent
plus destructeurs pour nos communautés et nos vies personnelles que le Covid-19
lui-même. Comme le Covid, le stress mental touche tous les domaines économiques, toutes les professions et tous les niveaux d’éducation, tous les niveaux de revenus, tous les âges et tous les milieux. C’est presque comme si le "long Covid" – des conditions à long terme causées par le virus – se transformait en maladies mentales. 
La maladie mentale peut durer des années, comparée à la durée de vie d’une infection Covid. Tout le monde, partout, peut être affecté, longtemps après que la Covid-19 soit passée dans les livres d’histoire.
Apparemment, l’une des nombreuses raisons pour lesquelles le monde lutte autant contre la Covid-19 est que nous avons laissé nos systèmes de santé devenir trop confiants et peu ambitieux. Les uns après les autres, les pays ont réduit le financement de la santé (en dollars réels), grâce à l’idéologie moderne de Reagan-Thatcher-Harper, qui consiste à restreindre le gouvernement, à réduire les impôts des riches et à supprimer les services sociaux. 
Une société intelligente regarde vers l’avenir et se prépare à ce qui pourrait
se présenter au prochain tournant.  La vague actuelle de stress et de maladies
mentales éclaire cet avenir. Elle montre très clairement son importance en tant que cause de tant de comportements antisociaux – et des coûts qui y sont liés.
La toxicomanie, la petite délinquance, la violence, la pauvreté et le manque
d’éducation sont intimement liés aux maladies mentales.
Lorsque nous disons que les maladies mentales sont coûteuses, nous voulons dire non seulement qu’elles sont coûteuses à traiter, mais aussi qu’elles nous coûtent cher en termes de criminalité et de destruction sociale. Nous devrions peut-être apprécier la Covid-19 !  Elle nous montre ce qui devrait être clair comme de l’eau de roche : nos sociétés modernes, complexes, rapides, économiquement injustes et inégales, génèrent des stress, des attentes et des exigences que de nombreuses personnes ne peuvent satisfaire sans aide. La maladie mentale elle-même nécessite une aide à long terme.
Et à court terme, chacun d’entre nous devrait faire preuve d’autant de gentillesse et de tolérance que possible. La colère et l’irritabilité constantes, qu’elles proviennent de nous-mêmes ou de notre entourage, sont des signes avant-coureurs de danger.
C’est un manque de cœur et une mauvaise gouvernance que d’exiger des
personnes en crise mentale qu’elles attendent des mois – des mois ! — pour voir un conseiller ou d’autres sources d’aide. Voici un message honnête de la Covid-19.