Consultation des aînés de Pontiac

0
32

Le conseiller Denis Dubé

Mo Laidlaw (Tr Adls)

Pontiac – La Table autonome des aînés des Collines a tenu une
réunion publique de


Le conseiller Denis Dubé

Mo Laidlaw (Tr Adls)

Pontiac – La Table autonome des aînés des Collines a tenu une
réunion publique de
consultation samedi 7 février,  2015 au Centre communautaire Marcel Lavigne de Luskville où plus de 60 personnes ont été présentes. Les
résidants de plus de 50 ans étaient invités. Ils forment 35% de la population de la municipalité.
La journée a débuté avec l’intervention du maire Roger Larose qui a accueilli les participants, suivi du conseiller Denis Dubé qui lui a expliqué ce qu’était la MADA (Municipalité amie des aînés) et ce qui allait
se dérouler pendant la matinée avec la présentation et la promesse d’un léger repas pour le dîner
à la fin.
Résultats du sondage
En automne dernier un questionnaire avait été envoyé en demandant que tous les plus de 40 ans le remplissent, Marie-Pierre Drolet, la directrice de la Table des aînés, en a fait le résumé.
205 personnes ont
rempli le questionnaire :  9% de moins de 50 ans, 25% entre 50 et 59,  32% entre 60 et 69, et 32 % de plus de 70 ans, avec la moitié de ces derniers de plus de 75 ans. Un peu plus de femmes que d’hommes ont répondu au sondage avec 56%.
29% des personnes interrogées venaient du secteur 4 de Luskville; suivi du secteur 2
de Quyon avec 18%
et du secteur 5, Breckenridge/Luskville, avec 16%. Les 3 derniers secteurs ont recueilli
environ 10%. La plupart des sondés vivent avec une conjointe (71%), mais 16% vivent seuls. La
plupart se disent heureux (95%), et en sécurité (74%), mais 52% pensent qu’il n’y a pas assez de services dans le Pontiac.
Bien que la plupart possèdent un permis de conduire et une auto, se rendre aux rendez-vous médicaux, faire les courses et aller à la banque pose un problème de transport et certains doivent compter sur un parent ou un ami pour s’y rendre. Environ 34% des sondés pensent ne pas avoir
d’information au niveau des règlements, des
permis, des services récréatifs, des bibliothèques. 21% n’ont pas d’accès internet et 65% de ceux-ci n’en veulent pas.
En dehors de la Maison de la famille de Quyon, de la Saint Vincent de Paul et du   Club des Lions, qui étaient connus de plus de la moitié des sondés, la plupart
des autres organisations sociales ne sont pas bien connues. 27% obtiennent de l’aide de quelqu’un qui n’habite pas avec eux, 40% pensent avoir besoin de plus d’aide, 56% mentionnent une résidence pour aînés comme unes de leurs 2    
principales priorités.
Consultation.
Quelques-unes de idées mentionnées ont été
réparties en 7 tables (en anglais et en français ) et suggèrent problèmes et
priorités: fournir des listes de personnes disponibles à faire des tâches ménagères, du déneigement, du
jardinage et de la maintenance extérieure contre rémunération, établir une coopérative pour construire une résidence pour aînés, plus d’information de la part de la municipalité sur les activités sociales et sportives, fournir des accès à la rivière, des parcs avec des équipements pour aînés et avoir une clinique médicale sans rendez-vous. Il a été fait mention que Shawville (docteurs et hôpital) sont des appels interurbains pour certains coins de la municipalité (et même le numéro de la directrice
de la Table est aussi inteerurbain). Une autre plainte formulée concernait le manque de banques qui force des personnes à avoir beaucoup d’argent sur eux et présente un risque pour leur sécurité. Quelqu’un a bien résumé la situation en disant ceci: « Santé, loisir, magasinage – tout cela nécessite un moyen de transport », un  problème à cause de l’étendue de la municipalité.
Mathieu Ravignat, député fédéral, s’engage à  rapporter à Ottawa les résultats de ce sondage. Le comité de la MADA aux vues de ces résultats proposera un plan d’action qui sera présenté au conseil municipal à l’automne 2015.
A la suite de cette présentation, un brunch de bienvenue a été servi à tous.