Comité parlementaire du Québec sur les dons d’organes

0
120

Greg Newing

L’Assemblée nationale du Québec a accepté à l’unanimité de convoquer un comité parlementaire spécial pour améliorer le don d’organes et de tissus dans la province. Le député de Pontiac et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, André Fortin, a déposé la motion visant à constituer le comité le 17 octobre dernier pour souligner la Journée mondiale du don d’organes. Le comité, qui devrait commencer ses travaux en janvier 2024, déterminera des moyens d’améliorer les processus de don d’organes dans la province, entre autres en adoptant une politique de consentement présumé ou de « retrait » pour le don d’organes.

La motion fait suite au dépôt par Fortin d’un projet de loi sur le consentement présumé (projet de loi 194) pour le don d’organes plus tôt ce printemps. Il a dit que le comité parlementaire discutera du projet de loi et entendra d’autres administrations qui ont adopté une politique de consentement présumé. Si le projet de loi proposé devient loi, le Québec suivra la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, où les résidents sont considérés comme des donneurs d’organes, à moins qu’ils ne choisissent de se retirer.

Alors que la nouvelle politique vise à augmenter les dons d’organes dans la province, Fortin a souligné l’importance d’avoir une méthode de retrait claire. « Il y aura toujours des gens qui ne voudront pas donner leurs organes, alors ils auront un moyen très facile et accessible de signifier cela. » À l’heure actuelle, le projet de loi 194 propose la même méthode de retrait que celle qui est actuellement utilisée pour l’adhésion – en signant le verso de votre carte Santé.

Le comité se concentrera également sur les réformes plus larges du système de santé. « Le consentement présumé est important, mais ce n’est pas la seule chose que nous puissions faire pour améliorer le don d’organes. Nous devons examiner notre système de santé et voir s’il est organisé de manière à maximiser les possibilités de dons », a déclaré M. Fortin. « Le comité nous permet d’examiner de nombreuses questions à la fois, afin que nous puissions avoir une conversation sociétale au Québec sur le don d’organes qui prépare les gens à tout changement législatif, mais qui identifie également les meilleures façons de réorganiser le système de santé à cette fin », a-t-il ajouté.

Le comité comprendra des membres de tous les partis politiques. Il entendra des organismes provinciaux tels que Transplant Québec, le Collège des Médecins, la Fédération des médecins spécialistes du Québec, le Barreau du Québec et la Chambre des notaires du Québec. Comme c’est le cas pour tous les comités parlementaires, les résidents et d’autres organismes communautaires peuvent présenter des mémoires.

Il y a environ 900 personnes en attente d’un don d’organes au Québec à un moment donné. Chaque nouveau donneur peut sauver jusqu’à 8 vies et un seul don de tissus peut aider jusqu’à 20 personnes. Selon Transplant Québec, qui coordonne le don d’organes dans la province, il y a eu une diminution de près de 20 % des dons d’organes au début de la pandémie de COVID en 2020.

« C’est quelque chose qui va au-delà des lignes de parti. C’est un problème qui touche profondément et émotionnellement les personnes qui en sont affectées. C’est pourquoi il est important que nous fassions tout ce que nous pouvons pour améliorer la qualité de vie des personnes qui sont sur la liste d’attente pour le don d’organes et qui ne savent pas si elles pourront en obtenir une », a conclu M. Fortin.

N’importe qui peut devenir donneur au Québec, à tout âge, en signant l’autocollant de don d’organes envoyé dans l’enveloppe lors du renouvellement d’une carte Santé. Des autocollants sont également disponibles dans les établissements de santé publics et peuvent être commandés en ligne à https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/en/document-000076/.  Les résidents peuvent également communiquer avec la Régie de l’assurance maladie (RAMQ) pour s’inscrire à titre de donneur ou demander à être inscrits par leur notaire