Budget provincial 2015 Grandes lignes et réactions

0
16

Arnaud de la Salle


Arnaud de la Salle

La grande satisfaction du ministre des Finances est d’avoir présenté le 26 mars dernier un budget équilibré qui ramène le Québec dans une position de contrôle de la gestion de la dette et surtout qui justifie pour le gouvernement les efforts d’austérité demandés. Pour le ministre Carlos Leitão, ce budget représente « une nouvelle ligne de départ qui redonnera au Québec les moyens de ses ambitions ».  Il propose un plan économique articulé autour de deux objectifs.
D’abord, en renforçant les conditions favorables à la croissance économique,
 il réduira le poids de
la fiscalité en stimulant
l’investissement et l’emploi puis en prenant les moyens nécessaires, il assurera le maintien de finances publiques saines.
Le gouvernement entrevoit une reprise de la croissance économique qui va s’accélèrer pour s’établir à 2,0 % en 2015 et 2016. En 2014, la croissance économique a atteint 1,5 %, comparativement à 1,0 % en 2013.
L’économie sera soutenue par les exportations et la consommation, principaux moteurs de la croissance. Ce budget va soutenir les particuliers par des mesures de réduction fiscale, 744 millions de baisse pour 4,5 millions de contribuables. Il vise aussi à assurer la compétitivité des entreprises par un allègement du fardeau fiscal qui atteindra 215 millions en 2020. Les PME du secteur primaire de la forêt, pêche et agriculture recevront notamment une baisse de 8 à
4 %. Une aide de
32,5 millions de dollars ira pour pour la mise en place de la stratégie québécoise de développement de
l’aluminium au sein du Plan nord nouvelle formule.
Le budget favorisera
la transmission des entreprises familiales et le
mentorat par une aide de
2 millions.
En réaction à la lecture du budget 2015-2016, le Réseau FADOQ (Fédération des Aînés de l’Outaouais au Québec) constate que depuis l’entrée en poste du gouvernement, les aînés subissent l’impact des mesures d’austérité, des hausses tarifaires et ils font les frais de nombreuses coupes dans les services. Ils bénéficieront de certains avantages fiscaux, à condition d’être patients et encore sur le marché de l’emploi.
Taxe foncière
Depuis sept ans, le Réseau FADOQ réclame que l’enjeu de la hausse démesurée de la taxe
foncière soit pris en considération puisqu’il s’agit d’une cause majeure d’appauvrissement. Le Réseau FADOQ est donc satisfait de voir le gouvernement prêter main-forte à ces contribuables, mais considère par ailleurs que d’autres instances doivent également agir à cet égard, notamment les municipalités.
Taxe santé
La contribution santé, depuis toujours contestée par le Réseau FADOQ, sera abolie graduellement à partir de 2017. Il aurait été souhaitable d’agir plus tôt afin de contrer les effets de l’appauvrissement chez les aînés. Rendre accessible cet allègement fiscal dès maintenant, particulièrement dans un contexte de compressions en santé, aurait été bienvenu. Tout en étant somme toute soulagé par cette annonce, le Réseau FADOQ est préoccupé par la minuscule hausse du budget de la santé. S’ajoutent à cette inquiétude des mesures
d’allègement visant
à exempter plusieurs entreprises de la contribution au Fonds des services de santé. Qui en paiera
le prix?