Bris de services à l’hôpital du Pontiac : un impact négatif sur le développement du Pontiac?

0
25

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist


Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist

Vendredi dernier, le 7 février, je travaillais à terminer un éditorial sur un sujet d’actualité locale. Par contre, une fois de plus, pour la 13e fois depuis quelques mois, un communiqué du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais est venu perturber ma routine. En effet, le CISSSO de l’Outaouais a une fois de plus émis un communiqué de presse pour annoncer un autre bris de service en obstétrique à l’hôpital du Pontiac et ce, jusqu’au 14 février. C’est d’ailleurs ce qui m’a fait changer de sujet. Je sais que récemment mon collègue
Fred Ryan avait abordé la question, exigeant que les gestionnaires soient davantage redevables. Personnellement, ce qui me fatigue, c’est l’image et l’impact que ses bris de service ont sur le développement du Pontiac. 
J’ai appelé un jeune couple qui pense avoir des enfants au cours des prochains mois. Les personnes m’ont demandé de garder l’anonymat mais ils ont accepté de me dévoiler certaines de leurs inquiétudes. Leurs réponses sont intéressantes. D’abord, le couple n’est pas du tout rassuré par le service d’obstétrique mais ce sont surtout les aspects logistiques qui les préoccupent. « J’ai déjà demandé à
une amie à Gatineau si elle pouvait nous héberger si jamais ça arrive », me confie
la jeune femme.
On peut comprendre, c’est déjà un événement stressant et, sachant la
fiabilité du service depuis quelques mois, il est normal de se préparer à toute
éventualité.
Le développement des régions rurales passe par des services fiables. Les services en santé, en transport, en communication sont la clé pour développer une région. Pas seulement pour les gens qui y habitent déjà mais pour ceux qui
pourraient y être attirés. La façon de communiquer du CISSSO de l’Outaouais est aussi, à mon avis, à repenser. Ce qu’on reçoit comme média, c’est un
communiqué annonçant le bris de service pour cause de manque de personnel
infirmier. On comprend au début, mais dorénavant la nouvelle d’un bris de
service en obstétrique n’est pas banale. Le problème dure depuis des mois. Dans ce contexte une citation d’un dirigeant du CISSSO de l’Outaouais serait la moindre des choses. Même si c’est pour répéter qu’il y a des efforts et des mesures qui ont été mis de l’avant. Au lieu de ça, on a un modèle de communiqué de presse qui est sensiblement le même qui a été émis en octobre dernier, sauf la date. On devrait rassurer la population. Le CISSSO de l’Outaouais fait l’objet de plusieurs
critiques au sein de la population du Pontiac, et ce n’est pas une rencontre une fois par année sur notre territoire qui va redonner confiance au public.