Billet à l’OLF

0
31

Depuis plusieurs années, le Journal du Pontiac fait beaucoup d’efforts
pour intégrer, dans sa langue, de
l’information à la population
minoritaire francophone du Pontiac.
Il a trouvé une formule qui répond à ses besoins d’affaires et à ses clients, et

Depuis plusieurs années, le Journal du Pontiac fait beaucoup d’efforts
pour intégrer, dans sa langue, de
l’information à la population
minoritaire francophone du Pontiac.
Il a trouvé une formule qui répond à ses besoins d’affaires et à ses clients, et
qui démontre un grand respect des groupes linguistiques. Récemment, on nous informe que l’Office de la langue française s’acharne sur ce journal local et que, grâce à ses abus d’interprétation, elle met en danger la survie du journal dans sa forme actuelle.
Pourquoi applique-t-on une loi sans s’assurer que les droits humains
fondamentaux sont respectés? Où est la liberté d’expression? La liberté de la presse? En tant que Québécois,
sommes-nous si insécurisés qu’il faille harceler une minorité anglophone ouverte aux francophones et un petit journal local? Je suis très choquée que le Journal et la communauté pontissoise soient en état de siège et j’espère qu’une solution viable fera surface
réaffirmant la liberté de la presse dont nous avons grand besoin.
Louise Guay
Clarendon