Aux trois candidat(e)s à la mairie de la Municipalité de Pontiac

0
16

La Municipalité de Pontiac a 46 ans cette année. C’est en 1975 que la Municipalité a été créée par la fusion de cantons, de villages et de hameaux.
Même après tout ce temps, Postes Canada (PC) refuse de reconnaître officiellement l’existence de la Municipalité.

La Municipalité de Pontiac a 46 ans cette année. C’est en 1975 que la Municipalité a été créée par la fusion de cantons, de villages et de hameaux.
Même après tout ce temps, Postes Canada (PC) refuse de reconnaître officiellement l’existence de la Municipalité.
En effet, PC insiste pour faire la distinction entre Luskville (J0X 2G0) et Quyon (J0X 2V0), au lieu d’indiquer Pontiac pour ces deux codes dans son logiciel (comme on indique maintenant Gatineau pour tout un paquet de codes postaux différents).
J’avais souligné la situation au maire Bruce Campbell pour la première fois en mars 2004.  
En 2005, la Municipalité affirmait que ça prendrait «au moins deux ans » avant que PC permette aux résidents d’indiquer Pontiac dans leur adresse. Il y a bien eu une résolution du Conseil, en mars 2007 demandant à PC « d’uniformiser les adresses postales des citoyens de notre Municipalité ». La demande avait reçu l’appui de la députée de Pontiac, madame Charlotte L’Ècuyer, en novembre 2007. En décembre 2007, la présidente de PC Moya Greene m’affirmait que rien n’avait été fait en 2005 « suite à
des discussions avec les représentants de la Municipalité de Pontiac ». Le plus étonnant : mon adresse indiquait Pontiac! Quelle contradiction! Écoeuré, j’ai cessé mes «pressions» en 2008.
En 2021, c’est le statu quo. La preuve? Mon Avis d’inscription aux élections québécoises du 7 novembre m’a été adressée à Luskville, par le DGEQ. Même lui se trouve «obligé» d’utiliser les codes postaux de PC…
Voici ma question : Est-ce que vous, candidat(e)s à la mairie de la Municipalité de Pontiac, vous engagez à utiliser tous les moyens possibles pour que la Municipalité retrouve son identité propre? Et ne me dites pas que vous ne pouvez rien faire parce que la Municipalité est trop petite et pas assez importante…
Vous parlez d’unité, de regrouper les gens, d’avoir des objectifs en commun. Tout cela commence par une identité commune, loin des chicanes de quartier.
J’aimerais lire votre réponse dans ce Journal avant les élections.

Jean-Claude Carisse
PONTIAC