Arrêtons de démarrer notre « chip wagon »!

0
24

Cette expression visant à diversifier notre économie provient de la préfète de la MRC  de Pontiac Jane Toller lors de la rencontre du conseil municipal de l’Isle-aux-Allumettes en février dernier.

Cette expression visant à diversifier notre économie provient de la préfète de la MRC  de Pontiac Jane Toller lors de la rencontre du conseil municipal de l’Isle-aux-Allumettes en février dernier. Venue partager sa vision du développement économique, Jane Toller a insisté sur l’importance des conseils municipaux qui doivent prendre en main leur prospérité locale. « Si vous connaissez un bâtiment vide dans votre village, proposez des commerces que vous voudriez voir apparaître chez vous », mentionnait Mme Toller aux conseillers de cette municipalité. « Il faut arrêter de démarrer deux ou trois « chip wagon » un à côté de l’autre », ajoutait-elle.  
On peut constater que la réalité soulignée par la préfète est effectivement présente dans notre MRC. Trop souvent, on voit des commerces similaires tout près un de l’autre et visant le même marché. Cette priorité de revitaliser les rues principales a définitivement des impacts positifs lorsque les municipalités s’engagent dans cette direction. La question qu’il faut maintenant se poser est de savoir si chaque municipalité a les outils nécessaires pour assumer le leadership de ce genre d’opération. C’est un pari risqué. Est-ce que les élus locaux, soient les 124 conseillers et maires, savent comment faire?
J’espère que oui, ils sont les mieux positionnés pour agir, mais ils ont besoin davantage d’outils. C’est l’engagement de chacun d’entre nous comme citoyen qu’il faut questionner. Ce que j’ai pu remarquer en assistant à une trentaine de conseils municipaux au sein de nos 18 municipalités, c’est le fait que plus de 80% des demandes du public sont reliées à l’entretien des routes et un autre 5% à l’éclairage.  Comprenez-moi bien: loin de moi l’idée de critiquer les
interventions des citoyens, de bonnes conditions routières sont nécessaires pour le secteur touristique et la qualité de vie. Reste que de parler majoritairement de cette question n’est pas ce qui va changer la situation économique du Pontiac. Si on veut que nos élus municipaux puissent agir, il faut les alimenter. Le premier outil est de les aider à faire leur travail en les approchant et en leur soumettant des idées pouvant avoir un impact collectif ou en étant seulement présent lors des séances de conseil. Lors du forum organisé sur l’industrie forestière, la préfète se disait surprise de n’avoir pas reçu autant d’idée d’affaires qu’elle l’aurait souhaité. C’était aussi mon constat. « Envoyez-moi nos idées si vous en avez », avait lancé Jane Toller.  
Je pense qu’il faut prendre au mot Jane Toller et l’appliquer aux 18 conseils de la MRC. Les dirigeants locaux ont besoin des idées des citoyens pour s’orienter. Rappelons-nous, qu’en démocratie, c’est habituellement la vision des citoyens qui
triomphe avant les ambitions individuelles.

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist