Action Santé sur les CLSCs

0
56

Greg Newing

OUTAOUAIS – Les résidents de l’Outaouais ont discuté du passé, du présent et de l’avenir des Centres locaux de services communautaires (CLSC) lors d’une table ronde virtuelle organisée par l’organisme de défense des droits en santé Action-Santé Outaouais (ASO) le 20 février dernier.

L’événement, qui a attiré plus de 70 participants, a mis en vedette des conférenciers Dre Anne Plourde, chercheuse à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), Dre Isabelle Leblanc, professeure adjointe au Département de médecine familiale de l’Université McGill, et Yves Destroismaisons, agent de relations humaines avec 20 ans d’expérience en tant que travailleur social du CLSC à Petite-Nation.

Dans ses commentaires d’introduction, le directeur d’ASO, Mathieu Charbonneau, a déclaré que l’idée de l’événement est née des ateliers de discussion sur l’accès aux soins de santé dans les zones rurales qui se sont tenus à travers l’Outaouais – dont un à Bristol – en novembre 2023. « L’un des principaux points soulevés lors de ces ateliers a été le rôle des CLSC. Les participants et les représentants des organismes locaux ont noté une baisse importante de la fonction des CLSC ruraux et une diminution nette de l’accessibilité des services », a déclaré M. Charbonneau.

La table ronde a porté sur l’histoire et les origines des CLSC, l’impact de la centralisation et de la privatisation croissantes des soins de santé sur eux et les perspectives du modèle des CLSC pour favoriser un meilleur accès aux soins de santé au Québec.

M. Plourde a parlé de la façon dont le modèle des CLSC a émergé pour la première fois des mouvements sociaux populaires dans les années 1950 et 60 avant de devenir un service gouvernemental dans les années 1970. Elle a expliqué qu’à l’époque, les services de santé étaient privés et concentrés dans les quartiers urbains riches, laissant ceux qui vivaient dans les quartiers pauvres et les zones rurales sans soins de santé adéquats.

« Dans les années 60, les mouvements locaux ont décidé de prendre les soins de santé en main et ont créé des cliniques communautaires dans les quartiers défavorisés pour répondre aux besoins non satisfaits par les services privés », a déclaré Plourde ; « Le modèle des CLSC était largement basé sur ces cliniques communautaires de base. »
Les panélistes ont fait remarquer que, même si les CLSC étaient initialement censés avoir une équipe de santé multidisciplinaire complète, offrir une vaste gamme de services de santé et de services sociaux de première ligne et être administrés par des conseils locaux démocratiquement élus, la vision des soins de santé à l’échelle de la province ancrés dans les communautés locales n’a jamais été pleinement réalisée.
« L’un des gros problèmes, c’est que les CLSC n’ont jamais été à la hauteur de ce qu’ils étaient censés être. Un excellent modèle a été créé, mais il n’a jamais reçu le soutien dont il avait besoin. Il y a eu un sous-financement chronique et les CLSC n’ont jamais eu les moyens de remplir leur mission », a déclaré le Dr Leblanc. M. Leblanc a déclaré que la résistance au modèle des CLSC au sein des gouvernements successifs, jumelée à une poussée vers la privatisation parmi de nombreux médecins de la province, a finalement conduit les CLSC à devenir un service parallèle aux cliniques privées.
Destroismaisons a parlé de son expérience de travail dans les CLSC depuis plus de 20 ans. « Au départ, il y avait un large éventail de services offerts et ils avaient de la latitude parce qu’ils étaient gérés par un conseil local avec un directeur sur place. Cependant, petit à petit, les services ont été éloignés des CLSC ruraux. Le contact humain s’est progressivement perdu au fil du temps, et je trouve cela extrêmement malheureux », a déclaré Destroismaisons.

« Nous devons commencer à élaborer un plan de rechange dès maintenant. Je ne suis pas optimiste quant aux plus récentes réformes de la santé, mais nous sommes capables de créer des modèles novateurs qui peuvent répondre aux besoins de la population du Québec », a déclaré le Dr Plourde lorsqu’on l’a interrogé sur l’avenir des CLSC.

« Nous pouvons toujours être sûrs que la majorité des acteurs sur le terrain dans le système de santé sont toujours motivés par le désir que les gens s’améliorent. Je pense qu’il y a encore une lueur d’espoir là-bas. Il devient vraiment difficile pour les travailleurs de la santé de voir comment les gens sont traités et c’est peut-être un point commun pour rassembler les gens et apporter des améliorations », a ajouté le Dr Leblanc.

Pour plus d’informations et pour en savoir plus sur les événements et initiatives à venir organisés par ASO, visitez https://actionsanteoutaouais.org/ ou envoyez un courriel à actionsanteoutaouais@gmail.com.