150 résidents ont des questions à poser au directeur général du CISSSO

0
13

Ils étaient plus de 150 citoyens inquiets à vouloir poser des questions aux représentants du CISSSO sur les effets de la centralisation des soins de santé le 20 mars dernier à Bristol

Deborah Powell



Ils étaient plus de 150 citoyens inquiets à vouloir poser des questions aux représentants du CISSSO sur les effets de la centralisation des soins de santé le 20 mars dernier à Bristol

Deborah Powell

BRISTOL – Plus de 150 résidents du Pontiac inquiets de l’avenir des services de santé dans leur région se sont présentés à une rencontre avec Jean Hébert, directeur général du CISSSO (Centre intégré de services de santé et des services sociaux de l’Outaouais) au Centre Jack Graham de Bristol le 20 mars dernier. La rencontre avait été organisée par la Voix du Pontiac et la MRC de Pontiac.
M. Hébert a présenté un résumé des principales étapes de la centralisation controversée des services de santé de l’Outaouais qui a été appliquée à partir du 1er avril 2015, avec des coupures de 20 millions de dollars.  Il a expliqué que les coupures du budget ont été absorbées principalement par une réduction des postes administratifs et qu’il s’attend à ce que le CISSSO puisse présenter un budget équilibré cette année. L’administration centrale de Gatineau ayant été incapable d’équilibrer seule son budget, elle a dû faire appel aux milieux ruraux.
Malgré une réduction du personnel et des budgets en milieu rural, M. Hébert a soutenu que le CISSSO entend maintenir les services existants tout en ajoutant d’autres, dont le projet de l’Unité de dialyse du Pontiac, qui fait actuellement l’objet d’une évaluation par Québec. Un des objectifs du CISSSO est de maximiser l’utilisation des locaux et des équipements dans la région. Par exemple, des efforts seront faits afin que le bloc opératoire de l’hôpital de Shawville fonctionne à pleine
capacité.
Avant que la parole n’ait été donnée au public, le député Fortin a répété que 18 nouveaux postes seront créés dans les soins de longue durée dans le Pontiac (voir article en page 9).
Les questions et les commentaires des citoyens présents touchaient plusieurs points. La question du stationnement payant à l’hôpital et son boycott possible a été mentionnée. M. Hébert a souligné qu’il s’agissait d’une décision provinciale, mais que des discussions sont en cours localement afin d’assurer le stationnement gratuit aux visiteurs et qu’il était ouvert aux compromis. Cependant, il a insisté pour dire que les employés devront payer pour leur stationnement. « Ça n’est pas un très bon moyen de motiver le personnel », commentait Josey Bouchard, porte-parole pour la Voix du Pontiac.
Les participants à la rencontre avaient aussi plusieurs exemples de retards dus à la centralisation. Les demandes de toutes natures doivent être traitées à Gatineau, ce qui représente parfois des délais de trois jours pour des besoins urgents, et le support technique n’est plus disponible localement.
Le docteur Ruth Vander Stelt a raconté la situation de soins aux patients, où une simple réquisition pour un changement de pansement doit être approuvée  à Gatineau avant que le patient puisse recevoir les soins. M. Hébert a répliqué que l’un des objectifs du CISSSO est une nouvelle étude sur la réduction de la gestion locale.
En réponse à la rumeur voulant que le service d’analyse sanguine ne soit plus disponible à l’hôpital de Shawville, M. Hébert a assuré que les analyses de sang d’urgence continueront à être faites localement. Il a admis, cependant, que des plans sont en cours d’élaboration afin que les analyses de routine soient faites à Gatineau.    (Tr. LT)