Un résidant du Pontiac au secours du parlement

0
33

Daniel Coté-Ryshpan (tr. L. T.)


Daniel Coté-Ryshpan (tr. L. T.)

BRISTOL – Philippe Smith(voir photo p. 21), qui est né et a grandi à Bristol, participe à la conservation du patrimoine canadien alors que          lui-même et son partenaire Danny Barber travaillent à la réparation de la maçonnerie  des édifices du         parlement à Ottawa. Il s’agit du plus important projet de rénovation de l’histoire canadienne. "Nous prenons les pierres originales, réparons les   parties brisées avec du plâtre pour construire un moule. À partir de la pièce moulée, nous prenons des mesures précises et nous reconstruisons la maçonnerie à partir d’une nouvelle pierre", expliquait M. Smith. Toutes les pierres utilisées proviennent de la même carrière que les  pierres originales.
"J’ai toujours été un artiste dans l’âme, mais ce sont les cours d’art de Mme Holmes à l’école secondaire du Pontiac qui m’ont fait découvrir le monde des arts", déclarait M. Smith, ajoutant qu’il avait toujours trouvé fascinants les édifices patrimoniaux de Shawville: "Les édifices                  historiques attirent les touristes, ce qui peut aider la région du Pontiac".
M. Smith a tout d’abord travaillé comme représentant des ventes pendant huit ans: "Avec l’arrivée des ordinateurs, les métiers n’étaient pas valorisés. À l’école secondaire, on nous encourageait à aller à l’université et à ne pas "se contenter" d’un métier".  En 2001, à l’âge de 26 ans, Philippe a décidé qu’il en avait assez d’un travail de bureau et s’est mis à la recherche d’un travail plus physique. Il a été accepté dans le programme de maçonnerie patrimoniale au Collège Algonquin et, à la fin de sa deuxième année du programme de trois ans, RJW Stone Masons lui a offert un emploi comme apprenti pour            travailler sur les édifices du               parlement: "C’était pour moi une occasion exceptionnelle!"
En 2012, M. Smith est allé             travailler en France dans l’atelier de sculpture architecturale du pays. Il a participé au Festival européen de la sculpture et son oeuvre a été présentée dans les journaux locaux. À son retour, il a fondé, avec son ancien     collègue de travail Danny Barber, la compagnie Smith & Barber Sculpture Atelier et il travaille touours à la restauration des édifices du              parlement. On prévoit que ce projet sera terminé en 2028.
"Les édifices du parlement ont été parmi les premiers édifices non religieux à être construits dans le style des cathédrales", expliquait M. Smith. "Beaucoup de personnes me demandent: "Ne serait-il pas plus économique de simplement         reconstruire les bâtisses à neuf?", mais ils ne connaissent pas l’histoire et tout le travail qui a été investi dans ces constructions".
Les édifices du parlement sont uniques car toutes les pierres ont un fini raboteux (bolster): "Cela leur donne un aspect frustre.  Les bâtisseurs de l’époque victorienne ont vu la valeur de la nature et ont voulu que les édifices du gouvernement         reflètent la force et la rudesse de l’environnement du Canada", expliquait M. Smith.
En conclusion, il affirmait qu’il existe une pénurie de gens de métier au Canada et il encourage les jeunes du Pontiac à examiner les possibilités qu’offre un métier: " Que vous soyez un artiste ou non, il existe de nombreux métiers, dont plusieurs sont peu connus. Les écoles devraient inviter des gens de métier à rencontrer les étudiants. Pour ma part, j’aimerais beaucoup rencontrer les étudiants pour leur faire découvrir toutes les occasions qu’offent les métiers".