Réunion extraordinaire de la MRC Les maires approuvent 100 000 $ pour le plan d’affaires de l’EFW

0
170
La préfete Jane Toller prend la parole lors d'une réunion spéciale du Conseil des maires, le 24 août à Litchfield.

Bonnie James
Initiative de journalisme local

MRC DE PONTIAC – Une séance extraordinaire du Conseil des maires a eu lieu le 24 août au siège social de la MRC à Campbell’s Bay en commençant par les questions du public.

Avant la réunion, Linda Davis, de Shawville, a envoyé un courriel contenant 18 questions sur le projet Energy from Waste (EFW); Elles portaient sur diverses préoccupations, notamment l’absence d’étude de faisabilité et d’évaluation environnementale avant la publication d’un plan d’affaires. Elle croit que le travail préparatoire n’a pas été suffisant par rapport aux mesures prises par Durham York pour aller de l’avant avec leur projet EFW.

La préfète Jane Toller a abordé bon nombre des questions soulevées par Mme Davis et a souligné la nécessité de mettre fin aux sites d’enfouissement. Elle a réitéré que la MRC de Pontiac est un hôte volontaire pour le EFW avec quatre conseils de maires votant en faveur de l’exploration de l’idée depuis 2010. Elle a déclaré que le plan d’affaires fournira des réponses et des détails tels que le tonnage proposé et les frais de déversement.

« Nous devons prendre une mesure pour évaluer correctement et avoir l’expertise pour nous aider à le faire », a déclaré Mme Toller, qui a souligné les revenus potentiels générés par la vente de matières recyclables et d’électricité produite par la centrale EFW. « Un plan d’affaires n’est qu’une étape de plus et il nous dira si notre plan, notre espoir, est bon », a-t-elle ajouté.

Sylvie Landriault, de L’Île-du-Grand-Calumet, a demandé au nom de Pat Shank, pourquoi les rives de la rivière des Outaouais ont été choisies pour le projet. Mme Toller a répondu que l’ancien site de Smurfit-Stone avait été choisi en raison de son zonage industriel lourd et de gestion des déchets. Elle a évoqué la possibilité d’envoyer du compost à Uteau, une station de traitement des déchets voisine. Selon elle le propriétaire d’Uteau est intéressé à fournir une propriété pour l’usine EFW.

Mme Toller a souligné l’importance de ramener l’industrie et les emplois dans le Pontiac : « Le succès du Pontiac est venu de l’industrie… L’industrie apporte le développement économique et l’emploi… Il y a certaines personnes, en particulier les nouvelles personnes, qui aimeraient simplement voir cela comme une zone d’écotourisme sauvage et magnifique avec rien d’autre que du vélo, du kayak et profiter de la nature. Mais nous avons aussi une population que nous devons soutenir et plusieurs d’entre eux doivent quitter le Pontiac pour travailler… Ce [projet] apportera beaucoup de chance et de revitalisation au Pontiac. »

Mme Toller a abordé les préoccupations environnementales en disant: « Nous ne construirons rien qui ne soit pas sain ou qui ne réponde pas aux normes environnementales très strictes du ministère de l’Environnement. »

Mme Landriault a ensuite demandé comment le bruit et les odeurs de l’usine EFW pourraient être gérés, étant donné qu’ils ne sont pas bien gérés par Uteau maintenant. Mme Toller a déclaré que ces problèmes ne seraient pas problématiques avec une usine EFW, car les camions livrant les déchets pénètrent dans le bâtiment pour être déversés et l’incinérateur n’est pas bruyant. Mme Landriault a conclu en demandant si un référendum pouvait être tenu sur la question. La préfète a déclaré que les référendums ont généralement lieu au moment des élections, qui sont attendues en 2025.

Une résidente, Helen Routliffe, de Fort Coulonge, s’est prononcée en faveur du projet EFW en disant qu’il « créera des emplois, nous mettra sur la carte et nous rendra financièrement viables ».

Plus tard, les maires ont décidé de dépenser 100 000 $ de l’excédent de la MRC pour embaucher Deloitte afin de produire un plan d’affaires pour le projet EFW, le paiement étant effectué après que le conseil ait approuvé la proposition de Deloitte. Le coût total du plan d’affaires sera de 120 000 $, dont 20 000 $ ont déjà été budgétés. Le vote a abouti à une majorité, avec 12 maires votant pour et Clarendon, Chichester, Bristol, Otter Lake, Litchfield et Waltham votant contre.