Manque de transparence et changement nécessaire

0
6

Au début du mois dernier, mon collègue à la radio, a fait une demande de renseignements auprès de la MRC Pontiac. Il demandait le nombre de journées de maladie prises par les employés, le nombre d’employés, ainsi que le nombre de postes vacants, en toute confidentialité pour les employés, comme ça s’est fait auparavant et ailleurs. Notre idée de départ était de comparer ce nombre entre la situation actuelle et celle d’avant la pandémie. Par contre, après plusieurs jours d’attente, dans un message à la fois décousu et confus, l’administration de la MRC refusait de répondre et l’invitait à avoir recours à la loi sur l’accès à l’information.

Après un mois, la direction n’a même pas répondu combien d’employés travaillaient actuellement à la MRC Pontiac ! Peut-être parce qu’il ne le sait pas ? Ce genre de réaction cache habituellement autre chose. Oui, certaines données ne peuvent pas toujours être transmises, mais dans ce cas-ci, de se cacher derrière la confidentialité, à savoir combien d’employés y travaillent, on peut se questionner sur la stratégie employée pour répondre au média, qui représente les intérêts du public.

Notons aussi le poste à la direction du développement économique, vacant depuis trois mois et qui a vu trois directrices en moins de quatre ans se succéder.

Ce roulement auprès d’un poste clé de la sorte pour le développement économique de la MRC est une catastrophe. On est actuellement au troisième affichage du poste, qui ne devrait pas être comblé avant octobre. Il y a aussi le fameux 20 000 $ qui a été investi en formation en ressources humaines, mais dont les raisons demeurent confidentielles. 20 000$ de dépense et on ne connaît pas les raisons d’un tel investissement !

En journalisme, on fait souvent face à la phrase : « François ce que je te dis, c’est off », c’est-à-dire que notre interlocuteur ne souhaite pas être cité. Lorsque j’ai pris le téléphone pour savoir ce qu’en pensait les maires, du refus de la direction de fournir des renseignements, j’ai eu droit à la même réponse: « Ce n’est pas normal, on n’a pas accès non plus à ses données », m’ont confié huit maires. Le maire de Campbell’s Bay, Maurice Beauregard, s’en était déjà plaint publiquement dans le passé. Les maires ne veulent pas être cités de peur de provoquer un conflit
contractuel entre la MRC et son directeur actuel.

Il y a tout de même du positif, le travail et la façon de faire de la direction générale de la MRC en ce moment, a créé une véritable unité au sein du conseil des maires. Tous semblent être d’accord pour compter sur une organisation plus transparente dans les prochaines années. Souhaitons que ces changements surviennent le plus rapidement possible.

Il y a eu assez de départ récemment au sein de la MRC Pontiac, qu’il serait catastrophique d’y voir d’autres employés quitter, à cause des lacunes internes.