L’esprit des fêtes

0
8

Le temps des fêtes approche à grands pas. Les maisons s’enluminent, les sapins se décorent, les menus se concoctent.

C’est le temps du repos mérité, des projets en famille, des jeux de société, des promenades bucoliques sur les sentiers enneigés (ou pas), le temps des veillées
et des grasses matinées ou des matinées de grâce, le temps de souffler et d’en profiter. C’est la fin de l’année!

Les préparatifs battent leur plein : les projets se multiplient au rythme des « tounes » de Noël. Les centres commerciaux se remplissent, les pas se précipitent, les cadeaux s’accumulent et les bourses se vident. Temps d’arrêt privilégié pour beaucoup, c’est aussi une grande source de stress pour plus d’un. Le temps des fêtes, c’est un temps propice pour les grandes réflexions et les bilans.

Triste bilan d’années d’isolement : le nombre de femmes et de filles tuées violemment au Canada entre 2019 et 2021 est en augmentation de 23 %, selon L’Observatoire canadien du féminicide pour la justice et la responsabilisation créé en 2017 par la professeure de l’Université de Guelph, Myrna Dawson, parce qu’il manque cruellement de documentation officielle sur ce fléau qui n’est toujours pas considéré comme un problème social suffisamment important. Combien de femmes mortes faudra-t-il dénombrer?

Le temps des fêtes, c’est le temps des remises en question.

Marie-Josée Corriveau et son partenaire de danse, Jason Morel, nous en ont offerte toute une alors qu’ils remportaient la finale de la quatrième saison du concours de danse Révolution (à voir ici : https://www.qub.ca/tvaplus/video/tvago2-e92792-1087241063 et à ne manquer sous aucun prétexte) avec une prestation, riche en émotions et
suscitant la réflexion, sur le thème de la violence conjugale pour que ce qui se passe dans nos foyers, durant les fêtes, mais aussi au fil de l’année, ne soit plus jamais caché.

Le temps des fêtes, c’est le temps des rassemblements festifs et dansants. Pour ce temps de festivités, Marie-Josée Corriveau et Jason Morel ont choisi de
nous interpeler dans notre intimité. Ils nous offrent un spectacle social, à la fois divertissant et inspirant. Mettant en scène l’une des grandes problématiques du moment, ils suscitent l’empathie et amènent le changement. Le temps des fêtes, c’est le temps de la Guignolée, des grandes mobilisations et des élans de solidarité.

Le temps des fêtes, c’est le temps de me dire en tant que femme que je ne veux plus d’autres drames. C’est le temps de me laisser toucher. Le temps des fêtes, c’est
le temps de nous dire, en tant que société, qu’il y a peut-être moyen d’éviter parce que le temps des fêtes, c’est encore et surtout le temps des grandes résolutions, celles que l’on tiendrait d’un bout à l’autre du pays… A mari usque ad mare.