Les conséquences invisibles

0
35

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist

Dans son ensemble, la pandémie de la COVID-19 a été assez démocratique : elle a touché tout le monde, peu importe l’âge, l’état physique ou le revenu de

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist

Dans son ensemble, la pandémie de la COVID-19 a été assez démocratique : elle a touché tout le monde, peu importe l’âge, l’état physique ou le revenu de
chacun. Étudiants, travailleurs, retraités en ont subi les conséquences et doivent désormais faire preuve d’une responsabilité accrue face à la possibilité d’une deuxième vague. Malgré tout, nous semblons parfois oublier certaines conséquences inattendues, ou même invisibles, qui découlent de cette pandémie.
Le premier exemple qui me vient à l’esprit a trait à la générosité. J’aime beaucoup utiliser l’exemple des organismes de charité, qui font face à des défis de tailles à l’heure actuelle. Même si les règles ont été assouplies, certains groupes se trouvent dans une situation précaire. C’est le cas des Chevaliers de Colomb, puisqu’ils ont dû suspendre leur activité de bingo dû à la pandémie.
La tenue de cette activité permettait à ce groupe de remettre chaque année
des sommes d’argent à de bonnes causes: bourses d’études, montant remis
à la Fondation du CLSC située à Mansfield-et-Pontefract, argent investi pour maintenir la salle communautaire de Fort-Coulonge en bon état, etc. Du jour au lendemain, ils se retrouvent sans revenus, mais avec les mêmes dépenses et une mission qui demeure importante. Des solutions doivent certainement être mises en place pour appuyer ces groupes.
Ma collègue Dominique Bomans a soulevé un autre aspect important récemment en écrivant sur la rentrée scolaire et l’anxiété. Le contexte actuel semble avoir un effet significatif sur la santé mentale. Je me base ici sur ma propre expérience à diriger une salle des nouvelles. En comparant nos statistiques des 5 derniers mois dans le Pontiac avec celles des années précédentes, il apparaît clairement que jamais nous n’avons eu à couvrir autant d’incidents publics impliquant des gens en détresse psychologique. Une agression envers un policier, une altercation entre deux individus allant jusqu’au meurtre, des incidents impliquant de la violence physique… Jamais je n’ai eu autant d’histoires à écrire sur de tels sujets.
Les restrictions dans le domaine sportif pourraient aussi avoir des conséquences négatives, autant pour ceux qui pratiquent les sports que pour les amateurs. Le hockey mineur ou encore l’équipe senior des Comets permettait aux partisans de se divertir et de socialiser, tout en suivant leurs équipes préférées.
Évidemment, si jamais on en vient à se reconfiner, il faudra s’y faire, mais
maintenant plus que jamais, on a tout intérêt à accorder toute son importance à la santé mentale. Les personnes plus vulnérables ne sont pas nécessairement celles que l’on croit, surtout dans un tel contexte de crise sanitaire. Nos dirigeants doivent faire preuve à la fois de leadership et de compassion pour limiter le nombre de victimes indirectes de la pandémie.